bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Zadig

avait rempli ses poches, et pouvait à peine marcher. Le roi fut fâché pour la nature humaine que de ces
soixante et quatre danseurs il y eût soixante et trois filous. La galerie obscure fut appelée le corridor

de la Tentation
. On aurait en Perse empalé ces soixante et trois seigneurs; en d'autres pays on eût fait
une chambre de justice qui eût consommé en frais le triple de l'argent volé, et qui n'eût rien remis dans

les coffres du souverain; dans un autre royaume, ils se seraient pleinement justifiés, et auraient fait

disgracier ce danseur si léger: à Serendib, ils ne furent condamnés qu'à augmenter le trésor public, car

Nabussan était fort indulgent.

Il était aussi fort reconnaissant; il donna à Zadig une somme d'argent plus considérable qu'aucun trésorier
n'en avait jamais volé au roi son maître. Zadig s'en servit pour envoyer des exprès à Babylone, qui

devaient l'informer de la destinée d'Astarté. Sa voix trembla en donnant cet ordre, son sang reflua vers

son coeur, ses yeux se couvrirent de ténèbres, son âme fut prête à l'abandonner. Le courrier partit, Zadig

le vit embarquer; il rentra chez le roi, ne voyant personne, croyant être dans sa chambre, et prononçant le

nom d'amour. Ah! l'amour, dit le roi; c'est précisément ce dont il s'agit; vous avez deviné ce qui fait ma

peine. Que vous êtes un grand homme! j'espère que vous m'apprendrez à connaître une femme à toute

épreuve, comme vous m'avez fait trouver un trésorier désintéressé. Zadig, ayant repris ses sens, lui

promit de le servir en amour comme en finance, quoique la chose parût plus difficile encore.

CHAPITRE XV. Les yeux bleus.

Le corps et le coeur, dit le roi à Zadig.... A ces mots le Babylonien ne put s'empêcher d'interrompre sa
majesté. Que je vous sais bon gré, dit-il, de n'avoir point dit l'esprit et le coeur! car on n'entend que ces

mots dans les conversations de Babylone: on ne voit que des livres où il est question du coeur et de

l'esprit[1], composés par des gens qui n'ont ni de l'un ni de l'autre; mais, de grâce, sire, poursuivez.

Nabussan continua ainsi: Le corps et le coeur sont chez moi destinés à aimer; la première de ces deux

puissances a tout lieu d'être satisfaite. J'ai ici cent femmes à mon service, toutes belles, complaisantes,

prévenantes, voluptueuses même, ou feignant de l'être avec moi. Mon coeur n'est pas à beaucoup près si

heureux. Je n'ai que trop éprouvé qu'on caresse beaucoup le roi de Serendib, et qu'on se soucie fort peu

de Nabussan. Ce n'est pas que je croie mes femmes infidèles; mais je voudrais trouver une âme qui fût à

moi; je donnerais pour un pareil trésor les cent beautés dont je possède les charmes: voyez si, sur ces cent

sultanes, vous pouvez m'en trouver une dont je sois sûr d'être aimé.

[1] Ce trait porte surtout contre Rollin, qui emploie souvent ces expressions dans son Traité des
études
. Voltaire y revient souvent: voyez, dans le présent volume, le chapitre I de
Micromégas , et dans le tome XXXIV, le chapitre XI de l'_Homme aux quarante écus, le chapitre

IX du Taureau blanc; et tome XI, le second vers du chant VIII de la Pucelle. B.

Zadig lui répondit comme il avait fait sur l'article des financiers: Sire, laissez-moi faire; mais permettez
d'abord que je dispose de ce que vous aviez étalé dans la galerie de la Tentation; je vous en rendrai bon

compte, et vous n'y perdrez rien. Le roi le laissa le maître absolu. Il choisit dans Serendib trente-trois

petits bossus des plus vilains qu'il put trouver, trente-trois pages des plus beaux, et trente-trois bonzes des

plus éloquents et des plus robustes. Il leur laissa à tous la liberté d'entrer dans les cellules des sultanes;

chaque petit bossu eut quatre mille pièces d'or à donner; et dès le premier jour tous les bossus furent

heureux. Les pages, qui n'avaient rien à donner qu'eux-mêmes, ne triomphèrent qu'au bout de deux ou

trois jours. Les bonzes eurent un peu plus de peine; mais enfin trente-trois dévotes se rendirent à eux. Le

roi, par des jalousies qui avaient vue sur toutes les cellules, vit toutes ces épreuves, et fut émerveillé. De

ses cent femmes, quatre-vingt-dix-neuf succombèrent à ses yeux. Il en restait une toute jeune, toute

< page précédente | 25 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.