bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Zadig

trouva dans son coeur que cela valait beaucoup. Ses yeux le dirent, et sa bouche le confirma; il jura qu'il
n'avait vu de sa vie de si beaux bras. Hélas! lui dit la veuve, les bras peuvent être un peu moins mal que

le reste; mais vous m'avouerez que la gorge n'était pas digne de mes attentions. Alors elle laissa voir le

sein le plus charmant que la nature eût jamais formé. Un bouton de rose sur une pomme d'ivoire n'eût

paru auprès que de la garance sur du buis, et les agneaux sortant du lavoir auraient semblé d'un jaune

brun. Cette gorge, ses grands yeux noirs qui languissaient en brillant doucement d'un feu tendre, ses

joues animées de la plus belle pourpre mêlée au blanc de lait le plus pur; son nez, qui n'était pas comme

la tour du mont Liban; ses lèvres, qui étaient comme deux bordures de corail renfermant les plus belles

perles de la mer d'Arabie, tout cela ensemble fit croire au vieillard qu'il avait vingt ans. Il fit en bégayant

une déclaration tendre. Almona le voyant enflammé lui demanda la grâce de Zadig. Hélas! dit-il, ma

belle dame, quand je vous accorderais sa grâce, mon indulgence ne servirait de rien; il faut qu'elle soit

signée de trois autres de mes confrères. Signez toujours, dit Almona. Volontiers, dit le prêtre, à condition

que vos faveurs seront le prix de ma facilité. Vous me faites trop d'honneur, dit Almona; ayez seulement

pour agréable de venir dans ma chambre après que le soleil sera couché, et dès que la brillante étoile

Sheat sera sur l'horizon, vous me trouverez sur un sofa couleur de rose, et vous en userez comme

vous pourrez avec votre servante. Elle sortit alors, emportant avec elle la signature, et laissa le vieillard

plein d'amour et de défiance de ses forces. Il employa le reste du jour à se baigner; il but une liqueur

composée de la cannelle de Ceylan, et des précieuses épices de Tidor et de Ternate, et attendit avec

impatience que l'étoile Sheat vînt à paraître.

Cependant la belle Almona alla trouver le second pontife. Celui-ci l'assura que le soleil, la lune, et tous
les feux du firmament, n'étaient que des feux follets en comparaison de ses charmes. Elle lui demanda la

même grâce, et on lui proposa d'en donner le prix. Elle se laissa vaincre, et donna rendez-vous au second

pontife au lever de l'étoile Algénib. De là elle passa chez le troisième et chez le quatrième prêtre,

prenant toujours une signature, et donnant un rendez-vous d'étoile en étoile. Alors elle fit avertir les juges

de venir chez elle pour une affaire importante. Ils s'y rendirent: elle leur montra les quatre noms, et leur

dit à quel prix les prêtres avaient vendu la grâce de Zadig. Chacun d'eux arriva à l'heure prescrite; chacun

fut bien étonné d'y trouver ses confrères, et plus encore d'y trouver les juges devant qui leur honte fut

manifestée. Zadig fut sauvé. Sétoc fut si charmé de l'habileté d'Almona, qu'il en fit sa femme [1].

[1] Dans l'édition de 1748 et dans toutes celles qui l'ont suivie, jusques à l'édition de Kehl exclusivement,
ce chapitre se terminait ainsi: «Zadig partit après s'être jeté aux pieds de sa belle libératrice. Sétoc et lui

se quittèrent en pleurant, en se jurant une amitié éternelle, et en se promettant que le premier des deux

qui ferait une grande fortune en ferait part à l'autre.

«Zadig marcha du côté de la Syrie, toujours pensant à la malheureuse Astarté,et toujours réfléchissant sur
le sort qui s'obstinait à se jouer de lui et à le persécuter. Quoi! disait-il, quatre cents onces d'or pour avoir

vu passer une chienne! condamné à être décapité pour quatre mauvais vers à la louange du roi! prêt à être

étranglé parceque la reine avait des babouches de la couleur de mon bonnet! réduit en esclavage pour

avoir secouru une femme qu'on battait; et sur le point d'être brûlé pour avoir sauvé la vie à toutes les

jeunes veuves arabes!»

Venait ensuite ce qui forme aujourd'hui le chapitre XVI. B.

CHAPITRE XIV. La danse.

Sétoc devait aller, pour les affaires de son commerce, dans l'île de Serendib; mais le premier mois de son
mariage, qui est, comme on sait, la lune du Miel, ne lui permettait ni de quitter sa femme, ni de croire

< page précédente | 23 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.