bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Zadig

à Zadig, «les calomnies et les méchancetés des courtisans, la fausse interprétation donnée par ceux-ci à
des demi-vers trouvés dans un buisson, la disgrâce du héros, sont autant d'allégories dont l'explication se

présente naturellement.» Cependant, dès l'édition de 1747, le chapitre iv contient les demi-vers; les

chapitres XIV et XV n'ont été, comme je l'ai dit, ajoutés qu'en 1785; les chapitres XII, XIII et XVII sont,

comme on l'a vu, de 1748. Ce serait donc au chapitre VII que se borneraient les additions faites en 1753;

et ce chapitre n'a été publié qu'en 1775.

[1] Mon séjour auprès de Voltaire, page 61.

A l'occasion de Zadig, Longchamp raconte que Voltaire désirant faire imprimer ce roman pour son
compte, mais craignant que les imprimeurs n'en tirassent des exemplaires au-delà du nombre convenu, et

que le livre ne fût répandu dans le public avant que l'auteur l'eût offert à ses amis, eut recours au moyen

suivant, pour parer aux inconvénients qu'il redoutait. Il fit venir l'imprimeur Prault, et lui demanda quel

serait le prix d'une édition tirée à mille exemplaires. Le prix parut trop élevé à Voltaire; mais, dès le

lendemain, Prault vint de lui-même proposer une diminution d'un tiers dans le prix, et Voltaire lui

donna la première moitié du roman de Zadig, qui était écrit sur des cahiers détachés, dont le dernier se

terminait avec la fin d'un chapitre
, annonçant que pendant que cette partie serait sous presse, il
reverrait l'autre. Voltaire fit avertir Machuel, libraire de Rouen , momentanément à Paris, et après les

conventions sur le prix, lui remit la fin de l'ouvrage, en indiquant à quelle page' il devait commencer.

Lorsque tout fut terminé, Voltaire fit brocher les exemplaires qu'il destinait à ses amis, en fit faire la

distribution , et répondit aux plaintes des imprimeurs par l'exposé des craintes qu'il avait eues:

J'ai abrégé le récit de Longchamp, sans le rendre plus vrai. Je ne connais aucune édition de Zadig qui le
confirme, aucune dont une feuille se termine avec la fin d'un chapitre.

- - -

Les notes sans signature, et qui sont indiquées par des lettres, sont de Voltaire.

Les notes signées d'un K sont des éditeurs de Kehl, MM. Condorcet et Decroix. Il est impossible de faire
rigoureusement la part de chacun.

Les additions que j'ai faites aux notes de Voltaire ou aux notes des éditeurs de Kehl, en sont séparées par
un - , et sont, comme mes notes, signées de l'initiale de mon nom.

BEUCHOT. 4 octobre 1829.

ZADIG.

ou

LA DESTINÉE,

HISTOIRE ORIENTALE.

1747

APPROBATION[1].

Je soussigné, qui me suis fait passer pour savant, et même pour homme d'esprit, ai lu ce manuscrit, que
j'ai trouvé, malgré moi, curieux, amusant, moral, philosophique, digne de plaire à ceux mêmes qui

< page précédente | 2 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.