bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Samson

SAMSON.

O ciel, ô troubles inconnus !

J'étais ce coeur sauvage, et je ne le suis plus.

Je suis changé ; j'éprouve une flamme naissante.

(A Dalila.)

Ah ! s'il était une Vénus,

Si des Amours cette reine charmante

Aux mortels en effet pouvait se présenter,

Je vous prendrais pour elle, et croirais la flatter.

DALILA.

Je pourrais de Vénus imiter la tendresse.

Heureux qui peut brûler des feux qu'elle a sentis !

Mais j'eusse aimé peut-être un autre qu'Adonis,

Si j'avais été la déesse.

Scène IV.

LES PRECEDENTS, LES HEBREUX.

LES HEBREUX.
Ne tardez point, venez ; tout un peuple fidèle
Est prêt à marcher sous vos lois :

Soyez le premier de nos rois ;

Combattez et régnez : la gloire vous appelle.

SAMSON.
Je vous suis, je le dois ; j'accepte vos présents.
Ah ! ... quel charme puissant m'arrête !

Ah ! Différez du moins, différez quelque temps

Ces honneurs brillant qu'on m'apprête.

CHOEUR DES FILLES DE GAZA.
Demeurez, présidez à nos fêtes ;
Que nos coeurs soient ici vos conquêtes.

DALILA.
Oubliez les combats ;
Que la paix vous attire.

Vénus vient vous sourire,

L'Amour vous tend les bras.

LES HEBREUX.
Craignez le plaisir décevant
Où votre grand coeur s'abandonne ;

L'Amour nous dérobe souvent

Les biens que la gloire nous donne.

< page précédente | 16 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.