bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Samson

Le tonnerre, l'affreux orage,
Dans tous les champs font moins de ravage

Que son nom seul n'en a produit

Chez le Philistin plein de rage.

Tous ceux qui voulaient arrêter

Ce fier torrent dans son passage

N'ont fait que l'irriter :

Ils sont tombés ; la mort est leur partage.

(On entend une harmonie douce.)

Ces sons harmonieux, ces murmures des eaux,

Semblent amollir mon courage.

Asile de la paix, lieux charmants, doux ombrage,

Vous m'invitez au repos.

(Il s'endort sur un lit de gazon).

Scène III.

DALILA, SAMSON.

CHOEUR DES PRETRESSES DE VENUS, revenant sur la scène
Plaisirs flatteurs, amollissez son âme,
Songes charmants, enchantez son sommeil.

FILLE DE GAZA.
Tendre Amour, éclaire son réveil.
Mets dans nos yeux ton pouvoir et ta flamme.

DALILA.
Vénus, inspire-nous, préside à ce beau jour.
Est-ce là ce cruel, ce vainqueur homicide ?

Vénus, il semble né pour embellir ta cour.

Armé, c'est le dieu Mars ; désarmé, c'est l'Amour.

Mon coeur, mon faible coeur devant lui s'intimide.

Enchaînons de fleurs

Ce guerrier terrible ;

Que ce coeur farouche, invincible,

Se rende à tes douceurs.

CHOEUR.
Enchaînons de fleurs
Ce héros terrible.

SAMSON se réveille, entouré des filles de Gaza.
Où suis-je ? en quels climats me vois-je transporté ?
Quels doux concerts se font entendre !

Quels ravissants objets viennent de me surprendre !

Est-ce ici le séjour de la félicité ?

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.