bibliotheq.net - littérature française
 

Lettres philosophiques

Voltaire

 

PREMIÈRE LETTRE. SUR LES QUAKERS.
SECONDE LETTRE. SUR LES QUAKERS.
TROISIÈME LETTRE. SUR LES QUAKERS.
QUATRIÈME LETTRE. SUR LES QUAKERS.
CINQUIÈME LETTRE. SUR LA RELIGION ANGLICANE.
SIXIÈME LETTRE. SUR LES PRESBYTÉRIENS.
SEPTIÈME LETTRE. SUR LES SOCINIENS, OU ARIENS, OU ANTITRINITAIRES.
HUITIÈME LETTRE. SUR LE PARLEMENT.
NEUVIÈME LETTRE. SUR LE GOUVERNEMENT.
DIXIÈME LETTRE. SUR LE COMMERCE.
ONZIÈME LETTRE. SUR L'INSERTION DE LA PETITE VÉROLE.
DOUZIÈME LETTRE. SUR LE CHANCELIER BACON.
TREIZIÈME LETTRE. SUR M. LOCKE.
QUINZIÈME LETTRE. SUR LE SYSTÈME DE L'ATTRACTION.
SEIZIÈME LETTRE. SUR L'OPTIQUE DE M. NEWTON.
DIX-SEPTIÈME LETTRE. SUR L'INFINI ET SUR LA CHRONOLOGIE.
DIX-HUITIÈME LETTRE. SUR LA TRAGÉDIE.
DIX-NEUVIÈME LETTRE. SUR LA COMÉDIE.
VINGTIÈME LETTRE. SUR LES SEIGNEURS QUI CULTIVENT LES LETTRES.
VINGT ET UNIÈME LETTRE. SUR LE COMTE DE ROCHESTER ET M. WALLER.
VINGT-DEUXIÈME LETTRE. SUR M. POPE ET QUELQUES AUTRES POÈTES FAMEUX.
VINGT-TROISIÈME LETTRE. SUR LA CONSIDÉRATION QU'ON DOIT AUX GENS DE
LETTRES.

VINGT-QUATRIÈME LETTRE. SUR LES ACADÉMIES.
VINGT-CINQUIÈME LETTRE. SUR LES PENSÉES DE M. PASCAL.

PREMIÈRE LETTRE. SUR LES QUAKERS.

J'ai cru que la doctrine et l'histoire d'un peuple si extraordinaire méritaient la curiosité d'un homme
raisonnable. Pour m'en instruire, j'allai trouver un plus célèbres quakers d'Angleterre, qui, après avoir été

trente ans dans le avait su mettre des bornes à sa fortune et à ses désirs, et s'était retiré dans une

campagne auprès de Londres. Je fus le chercher dans sa retraite ; c'était une maison petite, mais bien

bâtie, pleine de propreté sans ornement. Le quaker était un vieillard frais qui n'avait jamais eu de

maladie, parce qu'il n'avait jamais connu les passions ni l'intempérance : je n'ai point vu en ma vie d'air

plus noble ni plus engageant que le sien. Il était vêtu, comme tous ceux de sa religion, d'un habit sans plis

dans les côtés et sans boutons sur les poches ni sur les manches, et portait un grand chapeau à bords

rabattus, comme nos ecclésiastiques ; il me reçut avec son chapeau sur la tête, et s'avança vers moi sans

faire la moindre inclination de corps ; mais il y avait plus de politesse dans l'air ouvert et humain de son

visage qu'il n'y en a dans l'usage de tirer une jambe derrière l'autre et de porter à la main ce qui est fait

< page précédente | 1 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.