bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - L'Ingénu

L'Ingénu, attendri de plus en plus, demanda quels étaient les Français qui trompaient ainsi un monarque
si cher aux Hurons. Ce sont les jésuites, lui répondit-on; c'est surtout le P. de La Chaise, confesseur de sa

majesté. Il faut espérer que Dieu les en punira un jour, et qu'ils seront chassés comme ils nous chassent.

Y a-t-il un malheur égal aux nôtres? Mons de Louvois nous envoie de tous côtés des jésuites et des

dragons.

Oh bien! messieurs, répliqua l'Ingénu, qui ne pouvait plus se contenir, je vais à Versailles recevoir la
récompense due à mes services; je parlerai à ce mons de Louvois: on m'a dit que c'est lui qui fait la

guerre de son cabinet. Je verrai le roi, je lui ferai connaître la vérité; il est impossible qu'on ne se rende

pas à cette vérité quand on la sent. Je reviendrai bientôt pour épouser mademoiselle de Saint-Yves, et je

vous prie à la noce. Ces bonnes gens le prirent alors pour un grand seigneur qui voyageait

incognito par le coche. Quelques uns le prirent pour le fou du roi.

Il y avait à table un jésuite déguisé qui servait d'espion au révérend P. de La Chaise. Il lui rendait compte
de tout, et le P. de La Chaise en instruisait mons de Louvois. L'espion écrivit. L'Ingénu et la lettre

arrivèrent presque en même temps à Versailles.

CHAPITRE IX.

Arrivée de l'Ingénu à Versailles. Sa réception à la cour.

L'Ingénu débarque en pot-de-chambre[a] dans la cour des cuisines. Il demande aux porteurs de chaise à
quelle heure on peut voir le roi. Les porteurs lui rient au nez, tout comme avait fait l'amiral anglais. Il les

traita de même, il les battit; ils voulurent le lui rendre, et la scène allait être sanglante, s'il n'eût passé un

garde du corps, gentilhomme breton, qui écarta la canaille. Monsieur, lui dit le voyageur, vous me

paraissez un brave homme; je suis le neveu de monsieur le prieur de Notre-Dame de la Montagne; j'ai tué

des Anglais, je viens parler au roi; je vous prie de me mener dans sa chambre. Le garde, ravi de trouver

un brave de sa province, qui ne paraissait pas au fait des usages de la cour, lui apprit qu'on ne parlait pas

ainsi au roi, et qu'il fallait être présenté par monseigneur de Louvois. - Eh bien! menez-moi donc chez ce

monseigneur de Louvois, qui sans doute me conduira chez sa majesté. Il est encore plus difficile,

répliqua le garde, de parler à monseigneur de Louvois qu'à sa majesté; mais je vais vous conduire chez

M. Alexandre, le premier commis de la guerre; c'est comme si vous parliez au ministre. Ils vont donc

chez ce M. Alexandre, premier commis, et ils ne purent être introduits; il était en affaire avec une dame

de la cour, et il y avait ordre de ne laisser entrer personne. Eh bien! dit le garde, il n'y a rien de perdu;

allons chez le premier commis de M. Alexandre; c'est comme si vous parliez à M. Alexandre lui-même.

[a] C'est une voiture de Paris à Versailles, laquelle ressemble à un petit tombereau couvert.

Le Huron tout étonné le suit; ils restent ensemble une demi-heure dans une petite antichambre. Qu'est-ce
donc que tout ceci? dit l'Ingénu; est-ce que tout le monde est invisible dans ce pays-ci? il est bien plus

aisé de se battre en Basse-Bretagne contre des Anglais, que de rencontrer à Versailles les gens à qui on a

affaire. Il se désennuya en racontant ses amours à son compatriote. Mais l'heure en sonnant rappela le

garde du corps à son poste. Ils se promirent de se revoir, le lendemain, et l'Ingénu resta encore une autre

demi-heure dans l'antichambre, en rêvant à mademoiselle de Saint-Yves, et à la difficulté de parler aux

rois et aux premiers commis.

Enfin le patron parut. Monsieur, lui dit l'Ingénu, si j'avais attendu pour repousser les Anglais aussi
longtemps que vous m'avez fait attendre mon audience, ils ravageraient actuellement la Basse-Bretagne

tout à leur aise. Ces paroles frappèrent le commis. Il dit enfin au Breton: Que demandez-vous? -

< page précédente | 16 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.