bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Candide ou l'Optimisme

Thunder-ten-tronckh, un des premiers barons de l'Empire, et de M. Pangloss, le plus profond
métaphysicien d'Allemagne ? - Chien de chrétien, répondit le levanti patron, puisque ses deux chiens de

forçats chrétiens sont des barons et des métaphysiciens, ce qui est sans doute une grande dignité dans

leurs pays, tu m'en donneras cinquante mille sequins. - Vous les aurez, monsieur, ramenez-moi comme

un éclair à Constantinople, et vous serez payé sur-le-champ. Mais non, menez-moi chez Mlle

Cunégonde. » Le levanti patron, sur la première offre de Candide, avait déjà tourné la proue vers la ville,

et il faisait ramer plus vite qu'un oiseau ne fend les airs.

Candide embrassa cent fois le baron et Pangloss. « Et comment ne vous ai-je pas tué, mon cher baron ? et
mon cher Pangloss, comment êtes-vous en vie après avoir été pendu ? et pourquoi êtes-vous tous deux

aux galères en Turquie ? Est-il bien vrai que ma chère soeur soit dans ce pays ? disait le baron. - Oui,

répondait Cacambo. - Je revois donc mon cher Candide », s'écriait Pangloss. Candide leur présentait

Martin et Cacambo. Ils s'embrassaient tous, ils parlaient tous à la fois. La galère volait, ils étaient déjà

dans le port. On fit venir un Juif, à qui Candide vendit pour cinquante mille sequins un diamant de la

valeur de cent mille, et qui lui jura par Abraham qu'il n'en pouvait donner davantage. Il paya incontinent

la rançon du baron et de Pangloss. Celui-ci se jeta aux pieds de son libérateur et les baigna de larmes ;

l'autre le remercia par un signe de tête, et lui promit de lui rendre cet argent à la première occasion. «

Mais est-il bien possible que ma soeur soit en Turquie ? disait-il. - Rien n'est si possible, reprit Cacambo,

puis qu'elle écure la vaisselle chez un prince de Transylvanie. » On fit aussitôt venir deux Juifs ; Candide

vendit encore des diamants ; et ils repartirent tous dans une autre galère pour aller délivrer Cunégonde.

CHAPITRE VINGT-HUITIÈME

CE QUI ARRIVA À CANDIDE, À CUNÉGONDE, À
PANGLOSS, À MARTIN, ETC.

« Pardon, encore une fois, dit Candide au baron ; pardon, mon Révérend Père, de vous avoir donné un
grand coup d'épée au travers du corps. - N'en parlons plus, dit le baron ; je fus un peu trop vif, je l'avoue ;

mais, puisque vous voulez savoir par quel hasard vous m'avez vu aux galères, je vous dirai qu'après avoir

été guéri de ma blessure par le frère apothicaire du collège, je fus attaqué et enlevé par un parti espagnol ;

on me mit en prison à Buenos-Ayres dans le temps que ma soeur venait d'en partir. Je demandai à

retourner à Rome auprès du père général. Je fus nommé pour aller servir d'aumônier à Constantinople

auprès de M. l'ambassadeur de France. Il n'y avait pas huit jours que j'étais entré en fonctions, quand je

trouvai sur le soir un jeune icoglan très bien fait. Il faisait fort chaud : le jeune homme voulut se baigner ;

je pris cette occasion de me baigner aussi. Je ne savais pas que ce fût un crime capital pour un chrétien

d'être trouvé tout nu avec un jeune musulman. Un cadi me fit donner cent coups de bâton sous la plante

des pieds et me condamna aux galères. Je ne crois pas qu'on ait fait une plus horrible injustice. Mais je

voudrais bien savoir pourquoi ma soeur est dans la cuisine d'un souverain de Transylvanie réfugié chez

les Turcs.

- Mais vous, mon cher Pangloss, dit Candide, comment se peut-il que je vous revoie ? - Il est vrai, dit
Pangloss, que vous m'avez vu pendre ; je devais naturellement être brûlé ; mais vous vous souvenez qu'il

plut à verse lorsqu'on allait me cuire : l'orage fut si violent qu'on désespéra d'allumer le feu ; je fus pendu,

parce qu'on ne put mieux faire : un chirurgien acheta mon corps, m'emporta chez lui, et me disséqua. Il

me fit d'abord une incision cruciale depuis le nombril jusqu'à la clavicule. On ne pouvait pas avoir été

plus mal pendu que je l'avais été. L'exécuteur des hautes oeuvres de la sainte Inquisition, lequel était

sous-diacre, brûlait à la vérité les gens à merveille, mais il n'était pas accoutumé à pendre : la corde était

mouillée et glissa mal, elle fut nouée ; enfin je respirais encore : l'incision cruciale me fit jeter un si grand

cri que mon chirurgien tomba à la renverse, et, croyant qu'il disséquait le diable, il s'enfuit en mourant de

< page précédente | 44 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.