bibliotheq.net - littérature française
 

Voltaire - Candide ou l'Optimisme

CUNÉGONDE

« J'aurai toute ma vie présent à la mémoire le jour horrible où je vis tuer mon père et ma mère, et violer
ma soeur. Quand les Bulgares furent retirés, on ne trouva point cette soeur adorable, et on mit dans une

charrette ma mère, mon père et moi, deux servantes et trois petits garçons égorgés, pour nous aller

enterrer dans une chapelle de jésuites, à deux lieues du château de mes pères. Un jésuite nous jeta de

l'eau bénite ; elle était horriblement salée ; il en entra quelques gouttes dans mes yeux ; le père s'aperçut

que ma paupière faisait un petit mouvement : il mit la main sur mon coeur et le sentit palpiter ; je fus

secouru, et, au bout de trois semaines, il n'y paraissait pas. Vous savez, mon cher Candide, que j'étais fort

joli, je le devins encore davantage ; aussi le révérend père Croust, supérieur de la maison, prit pour moi la

plus tendre amitié ; il me donna l'habit de novice ; quelque temps après je fus envoyé à Rome. Le père

général avait besoin d'une recrue de jeunes jésuites allemands. Les souverains du Paraguay reçoivent le

moins qu'ils peuvent de jésuites espagnols ; ils aiment mieux les étrangers, dont ils se croient plus

maîtres. Je fus jugé propre par le révérend père général pour aller travailler dans cette vigne. Nous

partîmes, un Polonais, un Tyrolien et moi. Je fus honoré, en arrivant, du sous-diaconat et d'une

lieutenance ; je suis aujourd'hui colonel et prêtre. Nous recevrons vigoureusement les troupes du roi

d'Espagne ; je vous réponds qu'elles seront excommuniées et battues. La Providence vous envoie ici pour

nous seconder. Mais est-il bien vrai que ma chère soeur Cunégonde soit dans le voisinage, chez le

gouverneur de Buenos-Ayres ? » Candide l'assura par serment que rien n'était plus vrai. Leurs larmes

recommencèrent à couler.

Le baron ne pouvait se lasser d'embrasser Candide, il l'appelait son frère, son sauveur. « Ah ! peut-être,
lui dit-il, nous pourrons ensemble, mon cher Candide, entrer en vainqueurs dans la ville, et reprendre ma

soeur Cunégonde. - C'est tout ce que je souhaite, dit Candide ; car je comptais l'épouser, et je l'espère

encore. - Vous, insolent ! répondit le baron, vous auriez l'impudence d'épouser ma soeur qui a soixante et

douze quartiers ! Je vous trouve bien effronté d'oser me parler d'un dessein si téméraire ! » Candide,

pétrifié d'un tel discours, lui répondit : « Mon Révérend Père, tous les quartiers du monde n'y font rien ;

j'ai tiré votre soeur des bras d'un Juif et d'un inquisiteur ; elle m'a assez d'obligations, elle veut m'épouser.

Maître Pangloss m'a toujours dit que les hommes sont égaux, et assurément je l'épouserai. - C'est ce que

nous verrons, coquin ! » dit le jésuite baron de Thunder-ten-tronckh, et en même temps il lui donna un

grand coup du plat de son épée sur le visage. Candide dans l'instant tire la sienne et l'enfonce jusqu'à la

garde dans le ventre du baron jésuite ; mais, en la retirant toute fumante, il se mit à pleurer : « Hélas !

mon Dieu, dit-il, j'ai tué mon ancien maître, mon ami, mon beau-frère ; je suis le meilleur homme du

monde, et voilà déjà trois hommes que je tue ; et dans ces trois il y a deux prêtres. »

Cacambo, qui faisait sentinelle à la porte de la feuillée, accourut. « Il ne nous reste qu'à vendre cher notre
vie, lui dit son maître : on va sans doute entrer dans la feuillée, il faut mourir les armes à la main. »

Cacambo, qui en avait vu bien d'autres, ne perdit point la tête ; il prit la robe de jésuite que portait le

baron, la mit sur le corps de Candide, lui donna le bonnet carré du mort, et le fit monter à cheval. Tout

cela se fit en un clin d'oeil. « Galopons, mon maître ; tout le monde vous prendra pour un jésuite qui va

donner des ordres ; et nous aurons passé les frontières avant qu'on puisse courir après nous. » Il volait

déjà en prononçant ces paroles, et en criant en espagnol : « Place, place pour le révérend père colonel. »

CHAPITRE SEIZIÈME

CE QUI ADVINT AUX DEUX VOYAGEURS AVEC DEUX FILLES, DEUX SINGES ET LES
SAUVAGES NOMMÉS OREILLONS

< page précédente | 19 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.