bibliotheq.net - littérature française
 

François Villon - Oeuvres complètes

In factura sua! Je diz:
«Noble enfant, de bonne heure né,

A toute doulceur destiné,

Manna du Ciel, celeste don,

De tous bienfais le guerdonné,

Et de nos maulx le vray pardon!»

DOUBLE BALLADE.

Combien que j'ay leu en ung Dit:
Inimicum putes, y a,

Qui te presentem laudabit,

Toutesfois, non obstant cela,

Oncques vray homme ne cela

En son courage aucun grant bien,

Qui ne le monstrast çà et là:

On doit dire du bien le bien.

Saint Jehan-Baptiste ainsi le fist,
Quand l'Aignel de Dieu descela.

En ce faisant pas ne meffist,

Dont sa voix ès tourbes vola;

De quoy saint André Dieu loua,

Qui de luy cy ne sçavoit rien,

Et au Fils de Dieu s'aloua: [P. 108]

On doit dire du bien le bien.

Envoyée de Jhesucrist,
Rappelles sà jus, par deçà,

Les povres que Rigueur proscript

Et que Fortune betourna.

Cy sçay bien comment y m'en va!

De Dieu, de vous, vie je tien...

Benoist celle qui vous porta!

On doit dire du bien le bien.

Cy, devant Dieu, fais congnoissance,
Que creature feusse morte,

Ne feust vostre doulce naissance,

En charité puissant et forte,

Qui ressuscite et reconforte

Ce que Mort avoit prins pour sien.

Vostre présence me conforte:

On doit dire du bien le bien.

Cy vous rens toute obéissance,
A ce faire raison m'exorte,

De toute ma povre puissance;

< page précédente | 84 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.