bibliotheq.net - littérature française
 

François Villon - Oeuvres complètes

Et qui n'auroit point d'escriptoire,
De charbon soit, ou pierre noire,

Sans en rien entamer le plastre:

Au moins sera de moy memoire

Telle qu'il est d'ung bon folastre.

CLXV.

CY GIST ET DORT EN CE SOLLIER,
QU'AMOUR OCCIST DE SON RAILLON,

UNG POUVRE PETIT ESCOLLIER,

QUI FUT NOMMÉ FRANÇOIS VILLON.

ONCQUES DE TERRE N'EUT SILLON.

TESTAMENT. [P. 95]

IL DONNA TOUT, CHASCUN LE SCET:
TABLE, TRETTEAULX, PAIN, CORBILLON.

POUR DIEU, DICTES-EN CE VERSET.

RONDEAU.

Repos eternel donne à cil,
Lumière, clarté perpétuelle,

Qui vaillant plat ny escuelle

N'eut oncques, n'ung brin de percil.

Il fut rez, chef, barbe, sourcil,

Comme ung navet qu'on ree et pelle.

Repos éternel donne à cil
.

Rigueur le transmit en exil,
Et luy frappa au cul la pelle,

Nonobstant qu'il dist
: J'en appelle!
Qui n'est pas terme trop subtil.

Repos eternel donne à cil
.

CLXVI.

Item, je vueil qu'on sonne à branle
Le gros Beffray, qui n'est de voire;

Combien que cueur n'est qui ne tremble;

Quand de sonner est à son erre.

Saulvé a mainte belle terre,

Le temps passé, chascun le sçait:

Fussent gens d'armes ou tonnerre;

Au son de luy tout mal cessoit.

CLXVII [P. 96]

Les sonneurs auront quatre miches;

< page précédente | 76 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.