bibliotheq.net - littérature française
 

François Villon - Oeuvres complètes

BALLADE
DES FEMMES DE PARIS.

Quoy qu'on tient belles langagières
Florentines, Veniciennes,

Assez pour estre messaigières,

Et mesmement les anciennes;

Mais, soient Lombardes, Rommaines,

Genevoises, à mes perilz,

Piemontoises, Savoysiennes,

Il n'est bon bec que de Paris.

De très beau parler tiennent chaires,
Ce dit-on, les Napolitaines,

Et que sont bonnes cacquetoeres

Allemanses et Bruciennes;

Soient Grecques, Egyptiennes,

De Hongrie ou d'autre pays,

Espaignolles ou Castellannes,

Il n'est bon bec que de Paris.

Brettes, Suysses, n'y sçavent guères,
Ne Gasconnes et Tholouzaines;

Du Petit-Pont deux harangères [P. 81]

Les concluront, et les Lorraines,

Anglesches ou Callaisiennes,

(Ay je beaucoup de lieux compris?)

Picardes, de Valenciennes;

Il n'est bon bec que de Paris.

ENVOI.

Prince, aux dames parisiennes
De bien parler donnez le prix;

Quoy qu'on die d'Italiennes,

Il n'est bon bec que de Paris.

CXXXV.

Regarde-m'en deux, trois, assises
Sur le bas du ply de leurs robes,

En ces monstiers, en ces eglises;

Tire t'en près, et ne t'en hobes;

Tu trouveras là que Macrobes

Oncques ne fist tels jugemens;

Entens: quelque chose en desrobes;

Ce sont tous beaulx enseignemens.

CXXXVI.

< page précédente | 66 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.