bibliotheq.net - littérature française
 

François Villon - Oeuvres complètes

Soient frittes ces langues envieuses!

En sublimé, dangereux à toucher;
Et au nombril d'une couleuvre vive;

En sang qu'on mect en poylettes secher,

Chez ces barbiers, quand plaine lune arrive,

Dont l'ung est noir, l'autre plus vert que cive,

En chancre et fix, et en ces ords cuveaulx

Où nourrices essangent leurs drappeaulx;

En petits baings de filles amoureuses

Qui n'entendent qu'à suivre les bordeaulx,

Soient frittes ces langues envieuses!

ENVOI.

Prince, passez tous ces friands morceaux,
S'estamine n'avez, sacs ou bluteaux,

Parmy le fons d'unes brayes breneuses;

Mais, paravant, en estronts de pourceaulx

Soient frittes ces langues envieuses!

CXXXII.

Item, à maistre Jehan Courault,
Les Contredictz Franc-Gontier mande:

Quant du Tyrant seant en hault, [P. 78]

A cestuy-là rien ne demande;

Le saige ne veult que contende,

Contre puissant, pouvre homme las,

Affin que ses filez ne tende,

Et que ne tresbuche en ses laqs.

CXXXIII.

Gontier ne crains: il n'a nulz hommes
Et mieulx que moy n'est herité;

Mais en ce debat cy nous sommes,

Car il loue sa pouvreté:

Estre pouvre, yver et esté,

A felicité il repute,

Ce que tiens à malheureté.

Lequel à tort? Or en dispute.

BALLADE

Intitulée: Les Contredictz de Franc-Gontier

Sur mol duvet assis, ung gras chanoine,
Lez ung brasier, en chambre bien nattée,

A son costé gisant dame Sydoine,

< page précédente | 64 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.