bibliotheq.net - littérature française
 

François Villon - Oeuvres complètes

Item, à maistre Ythier, marchant,
Auquel mon branc laissay jadis,

Donne (mais qu'il le mette en chant),

Ce lay, contenant des vers dix;

Et aussi ung De profundis

Pour ses anciennes amours,

Desquelles le nom je ne dis,

Car il me herroit à tousjours.

LAY OU PLUSTOST RONDEAU.

MORT, j'appelle de ta rigueur,
Qui m'as ma maistresse ravie,

Et n'es pas encore assouvie,

Se tu ne me tiens en langueur.

Onc puis n'euz force ne vigueur;

Mais que te nuysoit-elle en vie,

Mort?

Deux estions, et n'avions qu'ung cueur;
S'il est mort, force est que dévie,

Voire, ou que je vive sans vie,

Comme les images, par cueur,

Mort!

LXXXV.

Item, à maistre Jehan Cornu,
Autres nouveaux lays luy vueil faire,

Car il m'a tousjours secouru [P. 60]

A mon grand besoing et affaire:

Pour ce, le jardin luy transfère,

Que maistre Pierre Bourguignon

Me renta, en faisant refaire

L'huys, et redrecier le pignon.

LXXXVI.

Par faulte d'ung huys, j'y perdis
Ung grez, et ung manche de houe.

Alors, huyt faulcons, non pas dix,

N'y eussent pas prins une alloüe.

L'hostel est seur, mais qu'on le cloüe.

Pour enseigne y mis ung havet;

Qui que l'ait prins, point ne l'en loüe:

Sanglante nuict et bas chevet!

LXXXVII.

Item, et pource que la femme

< page précédente | 51 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.