bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Notre-Dame de Paris

complicité de maléfices avec des boucs, des truies ou des chèvres.

VI. IMPOPULARITÉ

L'archidiacre et le sonneur, nous l'avons déjà dit, étaient médiocrement aimés du gros et menu peuple des
environs de la cathédrale. Quand Claude et Quasimodo sortaient ensemble, ce qui arrivait maintes fois, et

qu'on les voyait traverser de compagnie, le valet suivant le maître, les rues fraîches, étroites et sombres

du pâté Notre-Dame, plus d'une mauvaise parole, plus d'un fredon ironique, plus d'un quolibet insultant

les harcelait au passage, à moins que Claude Frollo, ce qui arrivait rarement, ne marchât la tête droite et

levée, montrant son front sévère et presque auguste aux goguenards interdits.

Tous deux étaient dans leur quartier comme les " poètes " dont parle Régnier.

Toutes sortes de gens vont après les poètes.
Comme après les hiboux vont criant les fauvettes.

Tantôt c'était un marmot sournois qui risquait sa peau et ses os pour avoir le plaisir ineffable d'enfoncer
une épingle dans la bosse de Quasimodo. Tantôt une belle jeune fille, gaillarde et plus effrontée qu'il

n'aurait fallu, frôlait la robe noire du prêtre en lui chantant sous le nez la chanson sardonique: niche,

niche, le diable est pris. Quelquefois un groupe squalide de vieilles, échelonné et accroupi dans l'ombre

sur les degrés d'un porche, bougonnait avec bruit au passage de l'archidiacre et du carillonneur, et leur

jetait en maugréant cette encourageante bienvenue: " Hum! en voici un qui a l'âme faite comme l'autre a

le corps! " Ou bien c'était une bande d'écoliers et de pousse-cailloux jouant aux merelles qui se levait en

masse et les saluait classiquement de quelque huée en latin: Eia! eia! Claudius cum claudo!

Mais le plus souvent, l'injure passait inaperçue du prêtre et du sonneur. Pour entendre toutes ces
gracieuses choses Quasimodo était trop sourd et Claude trop rêveur.

LIVRE CINQUIÈME

I. ABBAS BEATI MARTINI

La renommée de dom Claude s'était étendue au loin. Elle lui valut, à peu près vers l'époque où il refusa
de voir madame de Beaujeu, une visite dont il garda longtemps le souvenir.

C'était un soir. Il venait de se retirer après l'office dans sa cellule canonicale du cloître Notre-Dame.
Celle-ci, hormis peut-être quelques fioles de verre reléguées dans un coin, et pleines d'une poudre assez

équivoque qui ressemblait fort à de la poudre de projection, n'offrait rien d'étrange ni de mystérieux. Il y

avait bien çà et là quelques inscriptions sur le mur, mais c'étaient de pures sentences de science ou de

piété extraites des bons auteurs. L'archidiacre venait de s'asseoir à la clarté d'un trois-becs de cuivre

devant un vaste bahut chargé de manuscrits. Il avait appuyé son coude sur le livre tout grand ouvert

d'Honorius d'Autun, De praedestinatione et libero arbitrio, et il feuilletait avec une réflexion profonde un

in-folio imprimé qu'il venait d'apporter, le seul produit de la presse que renfermât sa cellule. Au milieu de

sa rêverie, on frappa à sa porte. - Qui est là? cria le savant du ton gracieux d'un dogue affamé qu'on

dérange de son os. Une voix répondit du dehors. - Votre ami, Jacques Coictier. - Il alla ouvrir.

C'était en effet le médecin du roi; un personnage d'une cinquantaine d'années dont la physionomie dure
n'était corrigée que par un regard rusé. Un autre homme l'accompagnait. Tous deux portaient une longue

robe couleur ardoise fourrée de petit-gris, ceinturonnée et fermée, avec le bonnet de même étoffe et de

même couleur. Leurs mains disparaissaient sous leurs manches, leurs pieds sous leurs robes, leurs yeux

< page précédente | 95 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.