bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Notre-Dame de Paris

Il baptisa son enfant adoptif, et le nomma Quasimodo, soit qu'il voulût marquer par là le jour où il l'avait
trouvé, soit qu'il voulût caractériser par ce nom à quel point la pauvre petite créature était incomplète et à

peine ébauchée. En effet, Quasimodo, borgne, bossu, cagneux, n'était guère qu'un à peu près.

III. IMMANIS PECORIS CUSTOS IMMANIOR IPSE

Or, en 1482, Quasimodo avait grandi. Il était devenu, depuis plusieurs années, sonneur de cloches de
Notre-Dame, grâce à son père adoptif Claude Frollo, lequel était devenu archidiacre de Josas, grâce à son

suzerain messire Louis de Beaumont, lequel était devenu évêque de Paris en 1472, à la mort de

Guillaume Chartier, grâce à son patron Olivier le Daim, barbier du roi Louis XI par la grâce de Dieu.

Quasimodo était donc carillonneur de Notre-Dame.

Avec le temps, il s'était formé je ne sais quel lien intime qui unissait le sonneur à l'église. Séparé à jamais
du monde par la double fatalité de sa naissance inconnue et de sa nature difforme, emprisonné dès

l'enfance dans ce double cercle infranchissable, le pauvre malheureux s'était accoutumé à ne rien voir

dans ce monde au delà des religieuses murailles qui l'avaient recueilli à leur ombre. Notre-Dame avait été

successivement pour lui, selon qu'il grandissait et se développait, l'oeuf, le nid, la maison, la patrie,

l'univers.

Et il est sûr qu'il y avait une sorte d'harmonie mystérieuse et préexistante entre cette créature et cet
édifice. Lorsque, tout petit encore, il se traînait tortueusement et par soubresauts sous les ténèbres de ses

voûtes, il semblait, avec sa face humaine et sa membrure bestiale, le reptile naturel de cette dalle humide

et sombre sur laquelle l'ombre des chapiteaux romans projetait tant de formes bizarres.

Plus tard, la première fois qu'il s'accrocha machinalement à la corde des tours, et qu'il s'y pendit, et qu'il
mit la cloche en branle, cela fit à Claude, son père adoptif, l'effet d'un enfant dont la langue se délie et qui

commence à parler.

C'est ainsi que peu à peu, se développant toujours dans le sens de la cathédrale, y vivant, y dormant, n'en
sortant presque jamais, en subissant à toute heure la pression mystérieuse, il arriva à lui ressembler, à s'y

incruster, pour ainsi dire, à en faire partie intégrante. Ses angles saillants s'emboîtaient, qu'on nous passe

cette figure, aux angles rentrants de l'édifice, et il en semblait, non seulement l'habitant, mais encore le

contenu naturel. On pourrait presque dire qu'il en avait pris la forme, comme le colimaçon prend la forme

de sa coquille. C'était sa demeure, son trou, son enveloppe. Il y avait entre la vieille église et lui une

sympathie instinctive si profonde, tant d'affinités magnétiques, tant d'affinités matérielles, qu'il y adhérait

en quelque sorte comme la tortue à son écaille. La rugueuse cathédrale était sa carapace.

Il est inutile d'avertir le lecteur de ne pas prendre au pied de la lettre les figures que nous sommes obligé
d'employer ici pour exprimer cet accouplement singulier, symétrique, immédiat, presque co-substantiel,

d'un homme et d'un édifice. Il est inutile de dire également à quel point il s'était faite familière toute la

cathédrale dans une si longue et si intime cohabitation. Cette demeure lui était propre. Elle n'avait pas de

profondeur que Quasimodo n'eût pénétrée, pas de hauteur qu'il n'eût escaladée, il lui arrivait bien des fois

de gravir la façade à plusieurs élévations en s'aidant seulement des aspérités de la sculpture. Les tours,

sur la surface extérieure desquelles on le voyait souvent ramper comme un lézard qui glisse sur un mur à

pic, ces deux géantes jumelles, si hautes, si menaçantes, si redoutables, n'avaient pour lui ni vertige, ni

terreur, ni secousses d'étourdissement; à les voir si douces sous sa main, si faciles à escalader, on eût dit

qu'il les avait apprivoisées. À force de sauter, de grimper, de s'ébattre au milieu des abîmes de la

< page précédente | 87 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.