bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Notre-Dame de Paris

Elle le considéra un moment en silence.

- Vous allez pendre cet homme? dit-elle gravement à Clopin.

- Oui, soeur, répondit le roi de Thunes, à moins que tu ne le prennes pour mari.

Elle fit sa jolie petite moue de la lèvre inférieure.

- Je le prends, dit-elle.

Gringoire ici crut fermement qu'il n'avait fait qu'un rêve depuis le matin, et que ceci en était la suite.

La péripétie en effet, quoique gracieuse, était violente.

On détacha le noeud coulant, on fit descendre le poète de l'escabeau. Il fut obligé de s'asseoir, tant la
commotion était vive.

Le duc d'Égypte, sans prononcer une parole, apporta une cruche d'argile. La bohémienne la présenta à
Gringoire. - Jetez-la à terre, lui dit-elle.

La cruche se brisa en quatre morceaux.

- Frère, dit alors le duc d'Égypte en leur imposant les mains sur le front, elle est ta femme; soeur, il est
ton mari. Pour quatre ans. Allez.

VII. UNE NUIT DE NOCES

Au bout de quelques instants, notre poète se trouva dans une petite chambre voûtée en ogive, bien close,
bien chaude, assis devant une table qui ne paraissait pas demander mieux que de faire quelques emprunts

à un garde-manger suspendu tout auprès, ayant un bon lit en perspective, et tête à tête avec une jolie fille.

L'aventure tenait de l'enchantement. Il commençait à se prendre sérieusement pour un personnage de

conte de fées; de temps en temps il jetait les yeux autour de lui comme pour chercher si le char de feu

attelé de deux chimères ailées, qui avait seul pu le transporter si rapidement du tartare au paradis, était

encore là. Par moments aussi il attachait obstinément son regard aux trous de son pourpoint, afin de se

cramponner à la réalité et de ne pas perdre terre tout à fait. Sa raison, ballottée dans les espaces

imaginaires, ne tenait plus qu'à ce fil.

La jeune fille ne paraissait faire aucune attention à lui; elle allait, venait, dérangeait quelque escabelle,
causait avec sa chèvre, faisait sa moue çà et là. Enfin elle vint s'asseoir près de la table, et Gringoire put

la considérer à l'aise.

Vous avez été enfant, lecteur, et vous êtes peut-être assez heureux pour l'être encore. Il n'est pas que vous
n'ayez plus d'une fois (et pour mon compte j'y ai passé des journées entières, les mieux employées de ma

vie) suivi de broussaille en broussaille, au bord d'une eau vive, par un jour de soleil, quelque belle

demoiselle verte ou bleue, brisant son vol à angles brusques et baisant le bout de toutes les branches.

Vous vous rappelez avec quelle curiosité amoureuse votre pensée et votre regard s'attachaient à ce petit

tourbillon sifflant et bourdonnant, d'ailes de pourpre et d'azur, au milieu duquel flottait une forme

insaisissable voilée par la rapidité même de son mouvement. L'être aérien qui se dessinait confusément à

travers ce frémissement d'ailes vous paraissait chimérique, imaginaire, impossible à toucher, impossible à

voir. Mais lorsque enfin la demoiselle se reposait à la pointe d'un roseau et que vous pouviez examiner,

en retenant votre souffle, les longues ailes de gaze, la longue robe d'émail, les deux globes de cristal, quel

< page précédente | 58 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.