bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Notre-Dame de Paris

La Grève avait dès lors cet aspect sinistre que lui conservent encore aujourd'hui l'idée exécrable qu'elle
réveille et le sombre Hôtel de Ville de Dominique Boccador, qui a remplacé la Maison-aux-Piliers. Il faut

dire qu'un gibet et un pilori permanents, une justice et une échelle, comme on disait alors, dressés côte à

côte au milieu du pavé, ne contribuaient pas peu à faire détourner les yeux de cette place fatale, où tant

d'êtres pleins de santé et de vie ont agonisé; où devait naître cinquante ans plus tard cette fièvre de

Saint-Vallier, cette maladie de la terreur de l'échafaud, la plus monstrueuse de toutes les maladies, parce

qu'elle ne vient pas de Dieu, mais de l'homme.

C'est une idée consolante, disons-le en passant, de songer que la peine de mort, qui, il y a trois cents ans,
encombrait encore de ses roues de fer, de ses gibets de pierre, de tout son attirail de supplices permanent

et scellé dans le pavé, la Grève, les Halles, la place Dauphine, la Croix-du-Trahoir, le

Marché-aux-Pourceaux, ce hideux Montfaucon, la barrière des Sergents, la Place-aux-Chats, la Porte

Saint-Denis, Champeaux, la Porte Baudets, la Porte Saint-Jacques, sans compter les innombrables

échelles des prévôts, de l'évêque, des chapitres, des abbés, des prieurs ayant justice; sans compter les

noyades juridiques en rivière de Seine; il est consolant qu'aujourd'hui, après avoir perdu successivement

toutes les pièces de son armure, son luxe de supplices, sa pénalité d'imagination et de fantaisie, sa torture

à laquelle elle refaisait tous les cinq ans un lit de cuir au Grand-Châtelet, cette vieille suzeraine de la

société féodale, presque mise hors de nos lois et de nos villes, traquée de code en code, chassée de place

en place, n'ait plus dans notre immense Paris qu'un coin déshonoré de la Grève, qu'une misérable

guillotine, furtive, inquiète, honteuse, qui semble toujours craindre d'être prise en flagrant délit, tant elle

disparaît vite après avoir fait son coup!

III. BESOS PARA GOLPES

Lorsque Pierre Gringoire arriva sur la place de Grève, il était transi. Il avait pris par le
Pont-aux-Meuniers pour éviter la cohue du Pont-au-Change et les drapelets de Jehan Fourbault; mais les

roues de tous les moulins de l'évêque l'avaient éclaboussé au passage, et sa souquenille était trempée. Il

lui semblait en outre que la chute de sa pièce le rendait plus frileux encore. Aussi se hâta-t-il de

s'approcher du feu de joie qui brûlait magnifiquement au milieu de la place. Mais une foule considérable

faisait cercle à l'entour.

- Damnés parisiens! se dit-il à lui-même, car Gringoire en vrai poète dramatique était sujet aux
monologues, les voilà qui m'obstruent le feu! Pourtant j'ai bon besoin d'un coin de cheminée. Mes

souliers boivent, et tous ces maudits moulins qui ont pleuré sur moi! Diable d'évêque de Paris avec ses

moulins! Je voudrais bien savoir ce qu'un évêque peut faire d'un moulin! est-ce qu'il s'attend à devenir

d'évêque meunier? S'il ne lui faut que ma malédiction pour cela, je la lui donne, et à sa cathédrale, et à

ses moulins! Voyez un peu s'ils se dérangeront, ces badauds! Je vous demande ce qu'ils font là! Ils se

chauffent; beau plaisir! Ils regardent brûler un cent de bourrées; beau spectacle!

En examinant de plus près, il s'aperçut que le cercle était beaucoup plus grand qu'il ne fallait pour se
chauffer au feu du roi, et que cette affluence de spectateurs n'était pas uniquement attirée par la beauté du

cent de bourrées qui brûlait.

Dans un vaste espace laissé libre entre la foule et le feu, une jeune fille dansait.

Si cette jeune fille était un être humain, ou une fée, ou un ange, c'est ce que Gringoire, tout philosophe
sceptique, tout poète ironique qu'il était, ne put décider dans le premier moment, tant il fut fasciné par

cette éblouissante vision.

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.