bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Notre-Dame de Paris

Tourangeau, et se rappelant ce passage du cartulaire de Saint-Martin de Tours: Abbas beati Martini,
SCILICET REX FRANCIAE, est canonicus de consuetudine et habet parvam praebendam quam habet

sanctus Venantius et debet sedere in sede thesaurarii.

On affirmait que depuis cette époque l'archidiacre avait de fréquentes conférences avec Louis XI, quand
sa majesté venait à Paris, et que le crédit de dom Claude faisait ombre à Olivier le Daim et à Jacques

Coictier, lequel, selon sa manière, en rudoyait fort le roi.

II. CECI TUERA CELA

Nos lectrices nous pardonneront de nous arrêter un moment pour chercher quelle pouvait être la pensée
qui se dérobait sous ces paroles énigmatiques de l'archidiacre: Ceci tuera cela. Le livre tuera l'édifice.

À notre sens, cette pensée avait deux faces. C'était d'abord une pensée de prêtre. C'était l'effroi du
sacerdoce devant un agent nouveau, l'imprimerie. C'était l'épouvante et l'éblouissement de l'homme du

sanctuaire devant la presse lumineuse de Gutenberg. C'était la chaire et le manuscrit, la parole parlée et la

parole écrite, s'alarmant de la parole imprimée; quelque chose de pareil à la stupeur d'un passereau qui

verrait l'ange Légion ouvrir ses six millions d'ailes. C'était le cri du prophète qui entend déjà bruire et

fourmiller l'humanité émancipée, qui voit dans l'avenir l'intelligence saper la foi, l'opinion détrôner la

croyance, le monde secouer Rome. Pronostic du philosophe qui voit la pensée humaine, volatilisée par la

presse, s'évaporer du récipient théocratique. Terreur du soldat qui examine le bélier d'airain et qui dit: La

tour croulera. Cela signifiait qu'une puissance allait succéder à une autre puissance. Cela voulait dire: La

presse tuera l'église.

Mais sous cette pensée, la première et la plus simple sans doute, il y en avait à notre avis une autre, plus
neuve, un corollaire de la première moins facile à apercevoir et plus facile à contester, une vue, tout aussi

philosophique, non plus du prêtre seulement, mais du savant et de l'artiste. C'était pressentiment que la

pensée humaine en changeant de forme allait changer de mode d'expression, que l'idée capitale de chaque

génération ne s'écrirait plus avec la même matière et de la même façon, que le livre de pierre, si solide et

si durable, allait faire place au livre de papier, plus solide et plus durable encore. Sous ce rapport, la

vague formule de l'archidiacre avait un second sens; elle signifiait qu'un art allait détrôner un autre art.

Elle voulait dire: L'imprimerie tuera l'architecture.

En effet, depuis l'origine des choses jusqu'au quinzième siècle de l'ère chrétienne inclusivement,
l'architecture est le grand livre de l'humanité, l'expression principale de l'homme à ses divers états de

développement soit comme force, soit comme intelligence.

Quand la mémoire des premières races se sentit surchargée, quand le bagage des souvenirs du genre
humain devint si lourd et si confus que la parole, nue et volante, risqua d'en perdre en chemin, on les

transcrivit sur le sol de la façon la plus visible, la plus durable et la plus naturelle à la fois. On scella

chaque tradition sous un monument.

Les premiers monuments furent de simples quartiers de roche que le fer n'avait pas touchés, dit Moïse.
L'architecture commença comme toute écriture. Elle fut d'abord alphabet. On plantait une pierre debout,

et c'était une lettre, et chaque lettre était un hiéroglyphe, et sur chaque hiéroglyphe reposait un groupe

d'idées comme le chapiteau sur la colonne. Ainsi firent les premières races, partout, au même moment,

sur la surface du monde entier. On retrouve la pierre levée des celtes dans la Sibérie d'Asie, dans les

pampas d'Amérique.

< page précédente | 102 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.