bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Les Rayons et les Ombres

Noble Flandre, où le Nord se réchauffe engourdi
Au soleil de Castille et s'accouple au Midi!

Le carillon, c'est l'heure inattendue et folle,

Que l'oeil croit voir, vêtue en danseuse espagnole,

Apparaître soudain par le trou vif et clair

Que ferait en s'ouvrant une porte de l'air.

Elle vient, secouant sur les toits léthargiques

Son tablier d'argent plein de notes magiques,

Réveillant sans pitié les dormeurs ennuyeux,

Sautant à petits pas comme un oiseau joyeux,

Vibrant, ainsi qu'un dard qui tremble dans la cible ;

Par un frêle escalier de cristal invisible,

Effarée et dansante, elle descend des cieux ;

Et l'esprit, ce veilleur fait d'oreilles et d'yeux,

Tandis qu'elle va, vient, monte et descend encore,

Entend de marche en marche errer son pied sonore!

XIX. CE QUI SE PASSAIT AUX FEUILLANTINES VERS 1813

Enfants, beaux fronts naïfs penchés autour de moi,
Bouches aux dents d'émail disant toujours : Pourquoi?

Vous qui, m'interrogeant sur plus d'un grand problème,

Voulez de chaque chose, obscure pour moi-même,

Connaître le vrai sens et le mot décisif,

Et qui touchez à tout dans mon esprit pensif ;

- Si bien que, vous partis, souvent je passe

Des heures, fort maussade, à remettre à leur place

Au fond de mon cerveau mes plans, mes visions,

Mes sujets éternels de méditations,

Dieu, l'homme, l'avenir, la raison, la démence,

Mes systèmes, tas sombre, échafaudage immense,

Dérangés tout à coup, sans tort de votre part,

Par une question d'enfant, faite au hasard! -

Puisqu'enfin vous voilà sondant mes destinées,

Et que vous me parlez de mes jeunes années,

De mes premiers instincts, de mon premier espoir,

Écoutez, doux amis, qui voulez tout savoir!

J'eus dans ma blonde enfance, hélas! trop éphémère,
Trois maîtres : - un jardin, un vieux prêtre et ma mère.

Le jardin était grand, profond, mystérieux,
Fermé par de hauts murs aux regards curieux,

Semé de fleurs s'ouvrant ainsi que des paupières,

Et d'insectes vermeils qui couraient sur les pierres ;

Plein de bourdonnements et de confuses voix ;

< page précédente | 36 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.