bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Les Rayons et les Ombres

Ait la brutalité pour dernière raison,
Et réponde, troupeau qu'on tue ou qui lapide,

À l'aveugle boulet par le pavé stupide!

Si c'est pour que l'émeute ébranle la cité!

Pour que tout soit tyran, même la liberté!

Si c'est pour que l'honneur des anciens gentilshommes,

Aux projets des partis s'attelle tristement ;

Si c'est pour qu'à sa haine on ajoute un serment

Comme à son vieux poignard on remet une lame ;

Si c'est pour que le prince, homme né d'une femme,

Né pour briller bien vite et pour vivre bien peu,

S'imagine être roi comme vous êtes Dieu!

Si c'est pour que la joie aux justes soit ravie ;

Pour que l'iniquité règne, pour que l'envie,

Emplissant tant de fronts de brasiers dévorants,

Fasse petits des coeurs que l'amour ferait grands!

Si c'est pour que le prêtre, infirme et triste apôtre,

Marche avec ses deux yeux, ouvrant l'un fermant l'autre,

Insulte à la nature au nom du verbe écrit,

Et ne comprenne pas qu'ici tout est l'esprit,

Que Dieu met comme en nous son souffle dans l'argile,

Et que l'arbre et la fleur commentent l'Évangile!

Si c'est pour que personne enfin, grand ou petit,

Pas même le vieillard que l'âge appesantit,

Personne, du tombeau sondant les avenues,

N'ait l'austère souci des choses inconnues,

Et que, pareil au boeuf par l'instinct assoupi,

Chacun trace un sillon sans songer à l'épi!

Car l'humanité, morne et manquant de prophètes,

Perd l'admiration des oeuvres que vous faites ;

L'homme ne sent plus luire en son coeur triomphant

Ni l'aube, ni le lys, ni l'ange, ni l'enfant,

Ni l'âme, ce rayon fait de lumière pure,

Ni la création, cette immense figure!

De là vient que souvent je rêve et que je dis :
- Est-ce que nous serions condamnés et maudits?

Est-ce que ces vivants, chétivement prospères,

Seraient déshérités du souffle de leurs pères?

Ô Dieu! considérez les hommes de ce temps,

Aveugles, loin de vous sous tant d'ombre flottants.

Éteignez vos soleils, ou rallumez leur flamme!

Reprenez votre monde, ou donnez-leur une âme!

VIII. À M. LE D. DE ***

< page précédente | 24 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.