bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Les Chansons des rues et des bois

Je songe. L'aurore est si pure,
Et les oiseaux ont tant d'esprit !

Tout chante, geai, pinson, linotte,
Bouvreuil, alouette au zénith,

Et la source ajoute sa note,

Et le vent parle, et Dieu bénit.

J'aime toute cette musique,
Ces refrains, jamais importuns,

Et le bon vieux plain-chant classique

Des chênes aux capuchons bruns.

Je vous mets au défi de faire
Une plus charmante chanson

Que l'eau vive où Jeanne et Néère

Trempent leurs pieds dans le cresson.

III. POUR JEANNE SEULE

I

Je ne me mets pas en peine
Du clocher ni du beffroi ;

Je ne sais rien de la reine,

Et je ne sais rien du roi ;

J'ignore, je le confesse,
Si le seigneur est hautain,

Si le curé dit la messe

En grec ou bien en latin ;

S'il faut qu'on pleure ou qu'on danse,
Si les nids jasent entr'eux ;

Mais sais-tu ce que je pense ?

C'est que je suis amoureux.

Sais-tu, Jeanne, à quoi je rêve ?
C'est au mouvement d'oiseau

De ton pied blanc qui se lève

Quand tu passes le ruisseau.

Et sais-tu ce qui me gêne ?
C'est qu'à travers l'horizon,

Jeanne, une invisible chaîne

< page précédente | 37 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.