bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

On envoya à l'eau tout ce qu'on put arracher du vaigrage, des porques, des haubans et du gréement
fracassé.

De temps en temps le chef prenait une torche, la promenait sur les chiffres d'étiage peints à l'avant du
navire, et regardait o en était le naufrage.

XVIII. LA RESSOURCE SUPRÊME

L'épave, allégée, s'enfonçait un peu moins, mais s'enfonçait toujours.

Le désespoir de la situation n'avait plus ni ressource, ni palliatif. On avait épuisé le dernier expédient.

- Y a-t-il encore quelque chose à jeter à la mer? cria le chef.

Le docteur, auquel personne ne songeait plus, sortit d'un angle du capot de cabine, et dit:

- Oui.

- Quoi? demanda le chef.

Le docteur répondit:

- Notre crime.

Il y eut un frémissement, et tous crièrent:

- Amen.

Le docteur, debout et blême, leva un doigt vers le ciel, et dit:

- A genoux.

Ils chancelaient, ce qui est le commencement de l'agenouillement.

Le docteur reprit:

- Jetons à la mer nos crimes. Ils pèsent sur nous. C'est là ce qui enfonce le navire. Ne songeons plus au
sauvetage, songeons au salut. Notre dernier crime surtout, celui que nous avons commis, ou, pour mieux

dire, complété tout à l'heure, misérables qui m'écoutez, il nous accable. C'est une insolence impie de

tenter l'abîme quand on a l'intention d'un meurtre derrière soi. Ce qui est fait contre un enfant est fait

contre Dieu. Il fallait s'embarquer, je le sais, mais c'était la perdition certaine. La tempête, avertie par

l'ombre que notre action a faite, est venue. C'est bien. Du reste, ne regrettez rien. Nous avons là, pas loin

de nous, dans cette obscurité, les sables de Vauville et le cap de la Hougue. C'est la France. Il n'y avait

qu'un abri possible, l'Espagne. La France ne nous est pas moins dangereuse que l'Angleterre. Notre

délivrance de la mer eût abouti au gibet. Ou pendus, ou noyés, nous n'avions pas d'autre option. Dieu a

choisi pour nous. Rendons-lui grâce. Il nous accorde la tombe qui lave. Mes frères, l'inévitable était là.

Songez que c'est nous qui tout à l'heure avons fait notre possible pour envoyer là-haut quelqu'un, cet

enfant, et qu'en ce moment-ci même, à l'instant où je parle, il y a peut-être au-dessus de nos têtes une âme

qui nous accuse devant un juge qui nous regarde. Mettons à profit le sursis suprême. Efforçons-nous, si

cela se peut encore, de réparer, dans tout ce qui dépend de nous, le mal que nous avons fait. Si l'enfant

nous survit, venons-lui en aide. S'il meurt, tâchons qu'il nous pardonne. Otons de dessus nous notre

forfait. Déchargeons de ce poids nos consciences. Tâchons que nos âmes ne soient pas englouties devant

< page précédente | 79 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.