bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

saillie. Partout, sur le profil du phare, débordaient, scellés au mur parmi les arabesques, des engins de
toute espèce, utiles et inutiles, treuils, palans, poulies, contre-poids, échelles, grues de chargement,

grappins de sauvetage. Sur le faîte, autour du foyer, de délicates serrureries ouvragées portaient de gros

chandeliers de fer où l'on plantait des tronçons de câble noyés de résine, mèches brûlant opiniâtrement et

qu'aucun vent n'éteignait. Et, du haut en bas, la tour était compliquée d'étendards de nier, de banderoles,

de bannières, de drapeaux, de pennons, de pavillons, qui montaient de hampe en hampe, d'étage en étage,

amalgamant toutes les couleurs, toutes les formes, tous les blasons, tous les signaux, toutes les

turbulences, jusqu'à la cage à rayons du phare, et faisaient dans la tempête une joyeuse émeute de

guenilles autour de ce flamboiement. Cette effronterie de lumière au bord du gouffre ressemblait à un

défi et mettait en verve d'audace les naufragés. Mais le phare des Casquets n'était point de cette mode.

C'était à cette époque un simple vieux phare barbare, tel que Henri Ier l'avait fait construire après la
perdition de la Blanche-Nef, un bûcher flambant sous un treillis de fer au haut d'un rocher, une

braise derrière une grille, et une chevelure de flamme dans le vent.

Le seul perfectionnement qu'avait eu ce phare depuis le douzième siècle, c'était un soufflet de forge mis
en mouvement par une crémaillère à poids de pierre qu'on avait ajustée à la cage à feu en 1610.

A ces antiques phares-là, l'aventure des oiseaux de mer était plus tragique qu'aux phares actuels. Les
oiseaux y accouraient, attirés par la clarté, s'y précipitaient et tombaient dans le brasier où on les voyait

sauter, espèces d'esprits noirs agonisant dans cet enfer; et parfois ils retombaient hors de la cage rouge

sur le rocher, fumants, boiteux, aveugles, comme hors d'une flamme de lampe des mouches à demi

brûlées.

A un navire en manoeuvre, pourvu de toutes ses ressources de gréement, et maniable au pilote, le phare
des Casquets est utile. Il crie: gare! Il avertit de l'ecueil. A un navire désemparé il n'est que terrible. La

coque, paralysée et inerte, sans résistance contre le plissement insensé de l'eau, sans défense contre la

pression du vent, poisson sans nageoires, oiseau sans ailes, ne peut qu'aller où le souffle la pousse. Le

phare lui montre l'endroit suprême, signale le lieu de disparition, fait le jour sur l'ensevelissement. Il est

la chandelle du sépulcre.

Éclairer l'ouverture inexorable, avertir de l'inévitable, pas de plus tragique ironie.

XII. CORPS A CORPS AVEC L'ÉCUEIL

Cette mystérieuse dérision ajoutée au naufrage, les misérables en détresse sur la Matutina la
comprirent tout de suite. L'apparition du phare les releva d'abord, puis les accabla. Rien à faire, rien à

tenter. Ce qui a été dit des rois peut se dire des flots. On est leur peuple; on est leur proie. Tout ce qu'ils

délirent, on le subit. Le noroit drossait l'ourque sur les Casquets. On y allait. Pas de refus possible. On

dérivait rapidement vers le récif. On sentait monter le fond; la sonde, si on eût pu mouiller utilement une

sonde, n'eût pas donné plus de trois ou quatre brasses. Les naufragés écoulaient les sourds

engouffrements de la vague dans les hiatus sous-marins du profond rocher. Ils distinguaient au-dessous

du phare, comme une tranche obscure, entre deux lames de granit, la passe étroite de l'affreux petit havre

sauvage qu'on devinait plein de squelettes d'hommes et de carcasses de navires. C'était une bouche

d'antre, plutôt qu'une entrée de port. Ils entendaient le pétillement du haut bûcher dans sa cage de fer, une

pourpre hagarde illuminait la tempête, la rencontre de la flamme et de la grêle troublait la brume, la nuée

noire et la fumée rouge combattaient, serpent contre serpent, un arrachement de braises volait au vent, et

les flocons de neige semblaient prendre la fuite devant cette brusque attaque d'étincelles. Les brisants,

< page précédente | 67 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.