bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

voguait plus, elle surnageait; elle semblait à chaque instant prête à se retourner le ventre à fleur d'eau
comme un poisson mort. Ce qui la sauvait de cette perdition, c'était la bonne conservation de la coque,

parfaitement étanche. Aucune vaigre n'avait cédé sous la flottaison. Il n'y avait ni fissure, ni crevasse, et

pas une goutte d'eau n'entrait dans la cale. Heureusement, car une avarie avait atteint la pompe et l'avait

mise hors de service.

L'ourque dansait hideusement dans l'angoisse des flots. Le pont avait les convulsions d'un diaphragme
qui cherche à vomir. On eût dit qu'il faisait effort pour rejeter les naufragés. Eux, inertes, se

cramponnaient aux manoeuvres dormantes, au bordage, au traversin, au serre-bosse, aux garcettes, aux

cassures du franc-bord embouffeté dont les clous leur déchiraient les mains, aux porques déjetées, à tous

les reliefs misérables du délabrement. De temps en temps ils prêtaient l'oreille. Le bruit de la cloche allait

s'affaiblissant. On eût dit qu'elle aussi agonisait. Son tintement n'était plus qu'un râle intermittent. Puis ce

râle s'éteignit. Où étaient-ils donc? et à quelle distance étaient-ils de la bouée? Le bruit de la cloche les

avait effrayés, son silence les terrifia. Le noroit leur faisait faire un chemin peut-être irréparable. Ils se

sentaient emportés par une frénétique reprise d'haleine. L'épave courait dans le noir. Une vitesse

aveuglée, rien n'est plus affreux. Ils sentaient du précipice devant eux, sous eux, sur eux. Ce n'était plus

une course, c'était une chute.

Brusquement, dans l'énorme tumulte du brouillard de neige, une rougeur apparut.

- Un phare! crièrent les naufragés.

XI. LES CASQUETS

C'était en effet les Light-House des Casquets.

Un phare au dix-neuvième siècle est un haut cylindre conoïde de maçonnerie surmonté d'une machine à
éclairage toute scientifique. Le phare des Casquets en particulier est aujourd'hui une triple tour blanche

portant trois châteaux de lumière. Ces trois maisons à feu évoluent et pivotent sur des rouages

d'horlogerie avec une telle précision que l'homme de quart qui les observe du large fait invariablement

dix pas sur le pont du navire pendant l'irradiation, et vingt-cinq pendant l'éclipse. Tout est calcul dans le

plan focal et dans la rotation du tambour octogone form de huit larges lentilles simples à échelons, et

ayant au-dessus et au-dessous ses deux séries d'anneaux dioptriques; engrenage algébrique garanti des

coups de vent et des coups de mer par des vitres épaisses, parfois cassées pourtant par les aigles de mer

qui se jettent dessus, grands phalènes de ces lanternes géantes. La bâtisse qui enferme, soutient et sertit

ce mécanisme est, comme lui, mathématique. Tout y est sobre, exact, nu, précis, correct; un phare est un

chiffre.

Au dix-septième siècle un phare était une sorte de panache de la terre au bord de la mer. L'architecture
d'une tour de phare était magnifique et extravagante. On y prodiguait les balcons, les balustres, les

tourelles, les logettes, les gloriettes, les girouettes. Ce n'étaient que mascarons, statues, rinceaux, volutes,

rondes bosses, figures et figurines, cartouches avec inscriptions. Pax in bello, disait le phare

d'Eddystone, Observons-le en passant, cette déclaration de paix ne désarmait pas toujours l'océan.

Winstanley la répéta sur un phare qu'il construisit à ses frais dans un lieu farouche, devant Plymoulh. La

tour du phare achevée, il se mit dedans et la fit essayer par la tempête. La tempête vint et emporta le

phare et Winstanley. Du reste ces bâtisses excessives donnaient de toutes parts prise à la bourrasque,

comme ces généraux trop chamarrés qui dans la bataille attirent les coups. Outre les fantaisies de pierre,

il y avait les fantaisies de fer, de cuivre, de bois; les serrureries faisaient relief, les charpentes faisaient

< page précédente | 66 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.