bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

personnel, dans le clair-obscur, dans les pendentifs de la nuée, dans les clefs de voûtes toujours défaites,
dans la désagrégation sans lacune et sans rupture, et dans le fracas funèbre que fait toute cette démence.

La brise venait de se déclarer plein nord. Elle était tellement favorable dans sa violence, et si utile à
l'éloignement de l'Angleterre, que le patron de la Matutina s'était décid couvrir la barque de toile.

L'ourque s'évadait dans l'écume, comme au galop, toutes voiles hors, vent arrière, bondissant de vague en

vague, avec rage et gaîté. Les fugitifs, ravis, riaient. Ils battaient des mains, applaudissant la houle, le

flot, les souffles, les voiles, la vitesse, la fuite, l'avenir ignoré. Le docteur semblait ne pas les voir, et

songeait.

Tout vestige de jour s'était éclipsé.

Cette minute-là était celle où l'enfant attentif sur les falaises lointaines perdit l'ourque de vue. Jusqu'à ce
momoment son regard était resté fixé et comme appuyé sur le navire. Quelle part ce regard eut-il dans la

destinée? Dans cet instant où la distance effaça l'ourque et où l'enfant ne vit plus rien, l'enfant s'en alla au

nord pendant que le navire s'en allait au sud.

Tous s'enfonçant dans la nuit.

VII. HORREUR SACRÉE

De leur côté, mais avec épanouissement et allégresse, ceux que l'ourque emportait regardaient derrière
eux reculer et décroître la terre hostile. Peu à peu la rondeur obscure de l'océan montait amincissant dans

le crépuscule Portland, Purbeck, Tineham, Kimmeridge, les deux Matravers, les longues bandes de la

falaise brumeuse, et la côte ponctuée de phares.

L'Angleterre s'effaça. Les fuyards n'eurent plus autour d'eux que la mer.

Toul à coup la nuit fut terrible.

Il n'y eut plus d'étendue ni d'espace; le ciel s'était fait noirceur, et il se referma sur le navire. La lente
descente de la neige commença. Quelques flocons apparurent. On eût dit des âmes. Rien ne fut plus

visible dans le champ de course du vent. On se sentit livré. Tout le possible était là, piégé.

C'est par cette obscurité de caverne que débute dans nos climats la trombe polaire.

Un grand nuage trouble, pareil au dessous d'une hydre, pesait sur l'océan, et par endroits ce ventre livide
adhérait aux vagues. Quelques-unes de ces adhérences ressemblaient à des poches crevées, pompant la

mer, se vidant de vapeur et s'emplissant d'eau. Ces succions soulevaient ça et là sur le flot des cônes

d'écume.

La tourmente boréale se précipita sur l'ourque, l'ourque se rua dedans. La rafale et le navire vinrent
au-devant l'un de l'autre comme pour une insulte.

Dans ce premier abordage forcené, pas une voile ne fut carguée, pas un foc ne fut amené, pas un ris ne
fut pris, tant l'évasion est un délire. Le mât craquait et se ployait en arrière, comme effrayé.

Les cyclones, dans notre hémisphère nord, tournent de gauche droite, dans le même sens que les aiguilles
d'une montre, avec un mouvement de translation qui atteint quelquefois soixante milles par heure.

Quoiqu'elle fût en plein à la merci de celte violente poussée giratoire, l'ourque se comportait comme si

elle eût ét dans le demi-cercle maniable, sans autre précaution que de se tenir debout à la lame, et de

< page précédente | 59 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.