bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

- El Sabio.

- En vuestre tropa, que esta?

- Esta lo que esta.

- El gefe?

- No.

- Pues, que esta?

- La alma.

[1] - Laboureur de la montagne, quel est cet homme? - Un
homme. - Quelles langues parle-t-il? - Toutes. - Quelles

choses sait-il? - Toutes. - Quel est son pays? - Aucun et

tous. - Quel est son Dieu? - Dieu. - Comment le nommes-tu?

- Le Fou. - Comment dis-tu que tu le nommes? - Le Sage.

- Dans votre troupe, qu'est-ce qu'il est? - Il est ce qu'il

est. - Le chef? - Non. - Alors, quel est-il? - L'âme.

Le chef et le patron se séparèrent, chacun retournant à sa pensée, et peu après la Matutina sortit
du golfe.

Les grands balancements du large commencèrent.

La mer, dans les écartements de l'écume, était d'apparence visqueuse; les vagues, vues dans la clarté
crépusculaire à profil perdu, avaient des aspects de flasques de fiel. Ça et là une lame, flottant à plat,

offrait des fêlures et des étoiles, comme une vitre où l'on a jeté des pierres. Au centre de ces étoiles, dans

un trou tournoyant, tremblait une phosphorescence, assez semblable à cette réverbération féline de la

lumière disparue qui est dans la prunelle des chouettes.

La Matutina traversa fièrement et en vaillante nageuse le redoutable frémissement du banc
Chambours. Le banc Chambours, obstacle latent à la sortie de la rade de Portland, n'est point un barrage,

c'est un amphithéâtre. Un cirque de sable sous l'eau, des gradins sculptés par les cercles de l'onde, une

arène ronde et symétrique, haute comme une Yungfrau, mais noyée, un colisée de l'océan entrevu par le

plongeur dans la transparence visionnaire de l'engloutissement, c'est là le banc Chambours. Les hydres

s'y combattent, les léviathans s'y rencontrent; il y a là, disent les légendes, au fond du gigantesque

entonnoir, des cadavres de navires saisis et coulés par l'immense araignée Kraken, qu'on appelle aussi le

poisson-montagne. Telle est l'effrayante ombre de la mer.

Ces réalités spectrales ignorées de l'homme se manifestent à la surface par un peu de frisson.

Au dix-neuvième siècle, le banc Chambours est en ruine. Le brise-lames récemment construit a
bouleversé et tronqué à force de ressacs cette haute architecture sous-marine, de même que la jetée bâtie

au Croisie en 1760 y a changé d'un quart d'heure l'établissement des marées. La marée pourtant, c'est

éternel; mais l'éternité obéit à l'homme plus qu'on ne croit.

IV. ENTRÉE EN SCÈNE D'UN NUAGE DIFFÉRENT DES AUTRES

< page précédente | 47 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.