bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

de mar. On le voit, les oreilles, etc., confisquées n'empêchaient point les galères. De là un
sauve-qui-peut parmi les vagabonds. Ils partaient effrayés, ils arrivaient tremblants. Sur tout le littoral

d'Europe, on surveillait les arrivages furtifs. Pour une bande, s'embarquer avec un enfant était impossible,

car débarquer avec un enfant était périlleux.

Perdre l'enfant, c'était plutôt fait.

Par qui l'enfant qu'on vient d'entrevoir dans la pénombre des solitudes de Portland était-il rejeté?

Selon toute apparence, par des comprachicos.

V. L'ARBRE D'INVENTION HUMAINE

Il pouvait être environ sept heures du soir. Le vent maintenant diminuait, signe de recrudescence
prochaine. L'enfant se trouvait sur l'extrême plateau sud de la pointe de Portland.

Portland est une presqu'île. Mais l'enfant ignorait ce que c'est qu'une presqu'île et ne savait pas même ce
mot, Portland. Il ne savait qu'une chose, c'est qu'on peut marcher jusqu'à ce qu'on tombe. Une notion est

un guide; il n'avait pas de notion. On l'avait amené là et laissé là. On et , ces deux

énigmes, représentaient toute sa destinée; on était le genre humain; était l'univers. Il

n'avait ici-bas absolument pas d'autre point d'appui que la petite quantité de terre où il posait le talon,

terre dure et froide à la nudité de ses pieds. Dans ce grand monde crépusculaire ouvert de toutes parts,

qu'y avait-il pour cet enfant? Rien.

Il marchait vers ce Rien.

L'immense abandon des hommes était autour de lui.

Il traversa diagonalement le premier plateau, puis un second, puis un troisième. A l'extrémité de chaque
plateau, l'enfant trouvait une cassure de terrain; la pente était quelquefois abrupte, mais toujours courte.

Les hautes plaines nues de la pointe de Portland ressemblent à de grandes dalles à demi engagées les

unes sous les autres; le côté sud semble entrer sous la plaine précédente, et le côté nord se relève sur la

suivante. Cela fait des ressauts que l'enfant franchissait agilement. De temps en temps il suspendait sa

marche et semblait tenir conseil avec lui-même. La nuit devenait très obscure, son rayon visuel se

raccourcissait, il ne voyait plus qu'à quelques pas.

Tout à coup il s'arrêta, écouta un instant, fit un imperceptible hochement de tête satisfait, tourna
vivement, et se dirigea vers une éminence de hauteur médiocre qu'il apercevait confusément sa droite, au

point de la plaine le plus rapproché de la falaise. Il y avait sur cette éminence une configuration qui

semblait dans la brume un arbre. L'enfant venait d'entendre de ce côté un bruit, qui n'était ni le bruit du

vent, ni le bruit de la mer. Ce n'était pas non plus un cri d'animaux. Il pensa qu'il y avait là quelqu'un.

En quelques enjambées il fut au bas du monticule.

Il y avait quelqu'un en effet.

Ce qui était indistinct au sommet de l'éminence était maintenant visible.

C'était quelque chose comme un grand bras sortant de terre tout droit. A l'extrémité supérieure de ce bras,
une sorte d'index, soutenu en dessous par le pouce, s'allongeait horizontalement. Ce bras, ce pouce et cet

index dessinaient sur le ciel une équerre. Au point de jonction de cette espèce d'index et de cette espèce

< page précédente | 32 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.