bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'homme qui rit

périodiques et fatales, ôte du nuage l'aspect en chemise de la femme, donne des droits diminuants pour
qui les exerce comme pour qui les subit, dérange par un penchement de balance tout d'un côté le

charmant équilibre du sexe robuste et du sexe puissant, de la force et de la beauté, et fait ici un maître et

là une servante, tandis que, hors du mariage, il y a un esclave et une reine. Prosaïser le lit jusqu'à le

rendre décent, conçoit-on rien de plus grossier? Qu'il n'y ait plus de mal du tout s'aimer, est-ce assez

bête!

Lord David mûrissait. Quarante ans, c'est une heure qui sonne. Il ne s'en apercevait pas. Et de fait il avait
toujours l'air de ses trente ans. Il trouvait plus amusant de désirer Josiane que de la posséder. Il en

possédait d'autres; il avait des femmes. Josiane, de son côté, avait des songes.

Les songes étaient pires.

La duchesse Josiane avait cette particularité, moins rare du reste qu'on ne croit, qu'un de ses yeux était
bleu et l'autre noir. Ses prunelles étaient faites d'amour et de haine, de bonheur et de malheur. Le jour et

la nuit étaient mêlés dans son regard.

Son ambition était ceci: se montrer capable de l'impossible.

Un jour elle avait dit à Swift:

- Vous vous figurez, vous autres, que votre mépris existe.

Vous autres, c'était le genre humain.

Elle était papiste à fleur de peau. Son catholicisme ne dépassait point la quantité nécessaire pour
l'élégance. Ce serait du puséysme aujourd'hui. Elle portait de grosses robes de velours, ou de satin, ou de

moire, quelques-unes amples de quinze et seize aunes, et des entoilages d'or et d'argent, et autour de sa

ceinture force noeuds de perles alternés avec des noeuds de pierreries. Elle abusait des galons. Elle

mettait parfois une veste de drap passementé comme un bachelier. Elle allait cheval sur une selle

d'homme, en dépit de l'invention des selles de femme introduite en Angleterre au quatorzième siècle par

Anne, femme de Richard II. Elle se lavait le visage, les bras, les épaules et la gorge avec du sucre candi

délayé dans du blanc d'oeuf, à la mode castillane. Elle avait, après qu'on avait spirituellement parlé

auprès d'elle, un rire de réflexion d'une grâce singulière.

Du reste, aucune méchanceté. Elle était plutôt bonne.

IV. MAGISTER ELEGANTIARUM

Josiane s'ennuyait, cela va sans dire.

Lord David Dirry-Moir avait une situalion magistrale dans la vie joyeuse de Londres. Nobility et gentry
le vénéraient.

Enregistrons une gloire de lord David, il osait porter ses cheveux. La réaction contre la perruque
commençait. De même qu'en 1821 Eugène Devéria osa le premier laisser pousser sa barbe, en 1702 Price

Devereux osa le premier hasarder en public, sous la dissimulation d'une frisure savante, sa chevelure

naturelle. Risquer sa chevelure, c'était presque risquer sa tête. L'indignation fut universelle; pourtant

Price Devereux était vicomte Hereford, et pair d'Angleterre. Il fut insulté, et le fait est que la chose en

valait la peine. Au plus fort de la huée, lord David parut tout à coup, lui aussi, avec ses cheveux et sans

< page précédente | 124 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.