bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'Année terrible

Sa conscience est fixe et rien n'y bougera.
Car, quel que soit le vent qui souffle sur leur flamme,

Les principes profonds ne tremblent pas dans l'âme;

Car c'est dans l'infini que leur feu calme luit;

Car l'ouragan sinistre acharné sur la nuit

Peut secouer là-haut l'ombre et ses sombres toiles,

Sans faire dans leurs plis remuer les étoiles.

AVRIL

I

LES PRECURSEURS

Sur l'être et sur la créature,
Dans tous les temps l'homme incliné

A toujours dit à la nature:

O gouffre! Pourquoi suis-je né ?

Parfois croyants, parfois athées,

Nous ajoutons aux Prométhées

Les Euclides et les Keplers;

Nos doutes, nuages funèbres,

Montent au ciel pleins de ténèbres,

Et redescendent pleins d'éclairs.

O fronts où flambent les idées!
Au bord du gouffre, au fond des cieux,

Que de figures accoudées!

Que de regards mystérieux!

O les prunelles étoilées

Des Miltons et des Galilées!

Sombres Dantes au front bruni,

Vos talons sont dignes des astres!

Vos esprits, ô noirs Zoroastres,

Sont les chevaux de l'infini.

Oser monter, oser descendre,
Tout est là. Chercher, oser voir!

Car Jason s'appelle entreprendre

Et Gama s'appelle vouloir.

Quand le chercheur hésite encore,

L'oeil sur la nuit, l'oeil sur l'aurore,

Reculant devant le secret

Tremblant devant l'hiéroglyphe,

< page précédente | 78 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.