bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - L'Âne

Quand un pape - je crois que ce fut un Urbain
Quelconque - condamnait, au nom de son messie,

Le soleil à tourner sous forme d'hérésie,

Qui dont eût contredit le prêtre épouvantail?

La cathédrale d'ombre ouvrait son grand portail,

Les deux battants grinçaient des gonds avec colère,

Rome mettait la main sur le spectre solaire,

L'église requérait le secours de l'état,

Afin que le soleil confus se retractât;

Devant la nuit stupide, infirme et misérable,

Le jour, pâle, venait faire amende honorable;

La vérité criait: Je mens! et Patouillet

Semonçait Galilée, et Dieu s'agenouillait.

L'immensité, sur toi sinistrement penchée,
Luit; la suprématie en fait une bouchée.

Ah! tu n'es vraiment pas embarrassé de Dieu.

Que tu jures par Locke ou bien par saint Matthieu,

Homme, athée en ta foi comme en ton ironie,

Tu crois qu'un ciel s'éteint dès qu'un prêtre le nie,

Imbécile! ou qu'après ton choc voltairien

Le monde est en poussière et qu'il n'en reste rien.

Quoi! tu veux dépecer le monde, toi l'atome!

Cette création vaste, étrange, ignivome,

Monstre du beau, torpille au contact foudroyant,

Dressant dans l'inconnu ses cent têtes, ayant

Pour écailles des mers, des soleils pour prunelles,

Ce polype inouï des vagues éternelles,

Cet immense dragon constellé, l'univers,

Tu le critiques, toi, le petit, le pervers,

Qui vis rongé de lèpre et meurs couvert de cendre,

Toi que le vice mord, toi dont la race engendre

Ce César qui broyait vingt peuples douloureux

Pour être appelé grand, et ce Poulmann affreux

Qui tuait un vieillard pour un verre de cidre!

Mangé par l'acarus, tu veux dévorer l'hydre!

VIII. CONDUITE DE L'HOMME VIS-À-VIS DE LA SOCIÉTÉ

L'âne un moment se tut, puis, sévère, dressa
Ses deux oreilles l'une après l'autre:

- Homme! - or çà

Reprit-il, si, penché sur l'obscure ouverture,

Tu n'as pas compris Dieu ni compris la nature,

Si tu n'as pas compris ce poème des jours,

Des nuits, des cieux, des voix profondes, des bruits sourds,

< page précédente | 38 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.