bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

La veuve, absorbée dans son désespoir, gardait le silence.

- Allons! dit-il avec un rire farouche, muette et immobile! tu n'es donc pas non plus de la race des
femmes, Lucy Pelnyrh! - Et il secouait son bras pour qu'elle l'écoutât. - Est-ce qu'un messager ne t'a pas

apporté un coffre de fer scellé?

La veuve, lui accordant une attention passagère, fit un signe de tête négatif, et retomba dans sa morne
rêverie.

- Ah! le misérable! cria le petit homme, le misérable infidèle! Spiagudry, cet or te coûtera cher!

Et, dépouillant sa robe d'ermite, il s'élança hors de la cabane avec le grondement d'une hyène qui cherche
un cadavre.

XVII

Seigneur, je peigne mes cheveux, je les peigne en
pleurant, parce que vous me laissez seule, et que

vous vous en allez dans les montagnes.

La, Dame au Comte, romance.

Éthel, cependant, avait déjà compté quatre jours longs et monotones depuis qu'elle errait seule dans le
sombre jardin du donjon de Slesvig; seule dans l'oratoire, témoin de tant de pleurs et confident de tant de

voeux; seule dans la longue galerie où, une fois, elle n'avait pas entendu sonner minuit. Son vieux père

l'accompagnait quelquefois, mais elle n'en était pas moins seule, car le véritable compagnon de sa vie

était absent.

Malheureuse jeune fille! Qu'avait fait cette âme jeune et pure pour être déjà livrée à tant d'infortune?
Enlevée au monde, aux honneurs, aux richesses, aux joies de la jeunesse, aux triomphes de la beauté, elle

était encore au berceau qu'elle était déjà dans un cachot; captive près d'un père captif, elle avait grandi en

le voyant dépérir; et pour comble de douleurs, pour qu'elle n'ignorât aucun esclavage, l'amour était venu

la trouver dans sa prison.

Encore si elle eût pu avoir son Ordener auprès d'elle, que lui eût fait la liberté? Eût-elle su seulement s'il
existait un monde dont on la séparait? Et d'ailleurs, son monde, son ciel, n'eussent-ils pas été avec elle

dans cet étroit donjon, sous ces noires tours hérissées de soldats, et vers lesquelles le passant n'en aurait

pas moins jeté un regard de pitié?

Mais, hélas! pour la seconde fois, son Ordener était absent; et, au lieu de couler près de lui des heures
bien courtes, mais toujours renaissantes, dans de saintes caresses et de chastes embrassements, elle

passait les nuits et les jours à pleurer son absence et à prier pour ses dangers. Car une vierge n'a que sa

prière et ses larmes.

Quelquefois elle enviait ses ailes à l'hirondelle libre qui venait lui demander quelque nourriture à travers
les barreaux de sa prison. Quelquefois elle laissait fuir sa pensée sur le nuage qu'un vent rapide enfonçait

dans le nord du ciel; puis tout à coup elle détournait sa tête et voilait ses yeux, comme si elle eût craint de

voir apparaître le gigantesque brigand et commencer le combat inégal sur l'une des montagnes lointaines

dont le sommet bleuâtre rampait à l'horizon ainsi qu'une nuée immobile.

Oh! qu'il est cruel d'aimer alors qu'on est séparé de l'être qu'on aime! Bien peu de coeurs ont connu cette

< page précédente | 93 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.