bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

- Eh bien, - je sais qu'il ne faut pas essayer de détourner de sa route un noble jeune homme qui va
chercher un danger, - mais l'estime que j'ai conçue pour vous m'a inspiré un autre moyen de vous être

utile. Le malheureux faux monnayeur auquel j'ai porté hier les dernières consolations de mon Dieu avait

été mineur. Au moment de la mort, il m'a donné ce parchemin sur lequel son nom est écrit, disant que

cette passe me préserverait de tout danger, si jamais je voyageais dans ces montagnes. Hélas! à quoi cela

pourrait-il servir à un pauvre prêtre qui vivra et mourra avec des prisonniers, et qui d'ailleurs, inter

castra latronum
, ne doit chercher de défense que dans la patience et la prière, seules armes de Dieu!
Si je n'ai pas refusé cette passe, c'est qu'il ne faut point affliger par un refus le coeur de celui qui, dans

peu d'instants, n'aura plus rien à recevoir et à donner sur la terre. Le bon Dieu daignait m'inspirer, car

aujourd'hui je puis vous apporter ce parchemin, afin qu'il vous accompagne dans les hasards de votre

route, et que le don du mourant soit un bienfait pour le voyageur.

Ordener reçut avec attendrissement le présent du vieux prêtre.

- Seigneur aumônier, dit-il, Dieu veuille que votre désir soit exaucé! Merci. Pourtant, ajouta-t-il, mettant
la main sur son sabre, je portais déjà mon droit de passe à mon côté.

- Jeune homme, dit le prêtre, peut-être ce frêle parchemin vous protégera-t-il mieux que votre épée de fer.
Le regard d'un pénitent est plus puissant que le glaive même de l'archange. Adieu. Mes prisonniers

m'attendent. Veuillez prier quelquefois pour eux et pour moi.

- Saint prêtre, reprit Ordener en souriant, je vous ai dit que vos condamnés auraient leur grâce; ils
l'auront.

- Oh! ne parlez pas avec cette assurance, mon fils. Ne tentez pas le Seigneur. Un homme ne sait pas ce
qui se passe dans le coeur d'un autre homme, et vous ignorez encore ce que décidera le fils du vice-roi.

Peut-être, hélas! ne daignera-t-il jamais admettre devant lui un humble aumônier. Adieu, mon fils; que

votre voyage soit béni, et que parfois il sorte de votre belle âme un souvenir pour le pauvre prêtre et une

prière pour les pauvres prisonniers.

XV

Sois le bienvenu, Hugo; dis-moi, toi... as-tu
jamais vu un orage aussi terrible?

MATURIN, Bertram.

Dans une salle attenante aux appartements du gouverneur de Drontheim, trois des secrétaires de son
excellence venaient de s'asseoir devant une table noire, chargée de parchemins, de papier, de cachets et

d'écritoires, et près de laquelle un quatrième tabouret resté vide annonçait qu'un des scribes était en

retard. Ils étaient déjà depuis quelque temps méditant et écrivant chacun de leur côté, quand l'un d'eux

s'écria:

- Savez-vous, Wapherney, que ce pauvre bibliothécaire Foxtipp va, dit-on, être renvoyé par l'évêque,
grâce à la lettre de recommandation dont vous avez appuyé la requête du docteur Anglyvius?

- Que nous contez-vous là, Richard? dit vivement celui des deux autres secrétaires auquel ne s'adressait
point Richard, Wapherney n'a pu écrire en faveur d'Anglyvius, car la pétition de cet homme a révolté le

général quand je la lui ai lue.

< page précédente | 85 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.