bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

père.

- L'un ne vaut guère mieux que l'autre, noble dame.

La comtesse, un peu interdite, prit cependant le parti d'éclater de rire.

- Allons, on m'avait dit vrai; sa courtoisie est un peu sauvage. Elle se familiarisera pourtant avec les
présents des dames, quand Ulrique d'Ahlefeld lui passera au cou la chaîne de l'ordre de l'Éléphant.

- Véritable chaîne en effet! dit Ordener.

- Vous verrez, général Levin, reprit la comtesse, dont le rire devenait embarrassé, que votre intraitable
élève ne voudra pas non plus tenir d'une dame son rang de colonel.

- Vous avez raison, dame comtesse, répliqua Ordener, un homme qui porte l'épée ne doit pas devoir ses
aiguillettes à un jupon.

La physionomie de la grande dame se rembrunit tout à fait.

- Ho! ho! d'où vient donc le seigneur baron? Est-il bien vrai que sa courtoisie ne soit pas allée hier à
Munckholm?

- Noble dame, je ne satisfais pas toujours à toutes les questions. - Mais, général, nous nous reverrons....

Puis, serrant la main du vieillard et saluant la comtesse, il sortit, laissant la dame stupéfaite de tout ce
qu'elle ignorait, seule avec le gouverneur, indigné de tout ce qu'il savait.

XII

... L'homme qui est en ce moment assis près de
lui, qui rompt avec lui son pain et boit à sa

santé la coupe qu'ils ont partagée ensemble, sera

le premier à l'assassiner.

SHAKESPEARE, Timon d'Athènes.

Que le lecteur se transporte maintenant sur la route de Drontheim à Skongen, route étroite et pierreuse
qui côtoie le golfe de Drontheim jusqu'au hameau de Vygla, il ne tardera pas à entendre les pas de deux

voyageurs qui sont sortis de la porte dite de Skongen à la chute du jour, et montent assez rapidement les

collines étagées sur lesquelles serpente le chemin de Vygla.

Tous deux sont enveloppés de manteaux. L'un marche d'un pas jeune et ferme, le corps droit et la tête
levée; l'extrémité d'un sabre dépasse le bord de son manteau, et, malgré l'obscurité de la nuit, on peut voir

une plume se balancer au souffle du vent sur sa toque. L'autre est un peu plus grand que son compagnon,

mais légèrement voûté; on voit sur son dos une bosse, formée sans doute par une besace que cache un

grand manteau noir dont les bords profondément dentelés annoncent les bons et loyaux services. Il n'a

d'autre arme qu'un long bâton dont il aide sa marche inégale et précipitée.

Si la nuit empêche le lecteur de distinguer les traits des deux voyageurs, il les reconnaîtra peut-être à la
conversation que l'un d'eux entame après une heure de route silencieuse, et par conséquent ennuyeuse.

- Maître! mon jeune maître! nous sommes au point d'où l'on aperçoit à la fois la tour de Vygla et les

< page précédente | 60 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.