bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

avec le ceinturon de son sabre; puis, mettant en pratique les principes d'indépendance de Schumacker, il
s'élança dans l'eau froide et calme du golfe, et commença à nager au milieu de l'obscurité, vers le rivage,

en se dirigeant du côté du Spladgest, destination où il était toujours à peu près sûr d'arriver, mort ou vif.

Les fatigues de la journée l'avaient épuisé; aussi n'aborda-t-il que très péniblement. Il se rhabilla à la hâte,
et marcha vers le Spladgest qui se dessinait dans la place du port comme une masse noire; car depuis

quelque temps la lune s'était entièrement voilée.

En approchant de cet édifice, il entendit comme un bruit de voix; une lumière faible sortait par
l'ouverture supérieure. Étonné, il frappa violemment à la porte carrée; le bruit cessa, la lueur disparut. Il

frappa de nouveau; la lumière en reparaissant lui laissa voir quelque chose de noir sortir par l'orifice

supérieur et se blottir sur le toit plat du bâtiment. Ordener frappa une troisième fois avec le pommeau de

son sabre, et cria: - Ouvrez, de par sa majesté le roi! ouvrez, de par sa sérénité le vice-roi!

La porte s'ouvrit enfin lentement, et Ordener se trouva face à face avec la longue figure pâle et maigre de
Spiagudry, qui, les habits en désordre, l'oeil hagard, les cheveux hérissés, les mains ensanglantées, portait

une lampe sépulcrale, dont la flamme tremblait encore moins visiblement que son grand corps.

VI

PIRRO

Jamais!

ANGELO.

Quoi! je crois que tu veux faire l'homme de
bien. Misérable! si tu dis un seul mot...

PIRRO.

Mais, Angelo, je t'en conjure, pour l'amour de
Dieu...

ANGELO.

Laisse faire ce que tu ne peux empêcher.

PIRRO.

Ah! quand le diable vous tient par un cheveu, il
faut lui abandonner toute la tête. Malheureux que

je suis!

(Émilia Galotti.)

Une heure environ après que le jeune voyageur à la plume noire était sorti du Spladgest, la nuit étant tout
à fait tombée et la foule entièrement écoulée, Oglypiglap avait fermé la porte extérieure de l'édifice

funèbre, tandis que son maître Spiagudry arrosait pour la dernière fois les corps qui y étaient déposés.

Puis tous deux s'étaient retirés dans leur très peu somptueux appartement, et tandis qu'Oglypiglap

dormait sur son petit grabat, comme l'un des cadavres confiés à sa garde, le vénérable Spiagudry, assis

devant une table de pierre couverte de vieux livres, de plantes desséchées et d'ossements décharnés,

< page précédente | 28 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.