bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

- Merci de vos détails de famille, lieutenant. Ne pensez-vous pas que vous m'en avez déjà assez raconté?

- L'impertinent a raison, se dit le lieutenant en se mordant les lèvres. - Holà, huissier! huissier de la tour!
Conduisez cet étranger à Schumacker, et ne grondez pas si j'ai décroché votre luminaire à trois becs et à

une mèche. Je n'étais pas fâché d'examiner une pièce qui date sans doute de Sciold le Païen ou de Havar

le Pourfendu; et d'ailleurs on ne suspend plus aux plafonds que des lustres en cristal.

Il dit, et pendant que le jeune homme et son conducteur traversaient le jardin désert du donjon, il reprit,
martyr de la mode, le fil des aventures galantes de l'amazone Clélie et d'Horatius le Borgne.

IV

BENVOLIO

Où diable ce Roméo peut-il être? il n'est pas
rentré chez lui cette nuit.

MERCUTIO

Il n'est pas rentré chez son père; j'ai parlé à
son domestique.

SHAKESPEARE.

Cependant un homme et deux chevaux étaient entrés dans la cour du palais du gouverneur de Drontheim.
Le cavalier avait quitté la selle en hochant la tête d'un air mécontent; il se préparait à conduire les deux

montures à l'écurie, lorsqu'il se sentit saisir brusquement le bras, et une voix lui cria:

- Comment! vous voilà seul, Poël! Et votre maître? où est votre maître?

C'était le vieux général Levin de Knud, qui, de sa fenêtre, ayant vu le domestique du jeune homme et la
selle vide, était descendu précipitamment et fixait sur le valet un regard plus inquiet encore que sa

question.

- Excellence, dit Poël en s'inclinant profondément, mon maître n'est plus à Drontheim.

- Quoi! il y était donc? il est reparti sans voir son général, sans embrasser son vieil ami! et depuis quand?

- Il est arrivé ce soir et reparti ce soir.

- Ce soir! ce soir! mais où donc s'est-il arrêté? où est-il allé?

- Il a descendu au Spladgest, et s'est embarqué pour Munckholm.

- Ah! je le croyais aux antipodes. Mais que va-t-il faire à ce château? qu'allait-il faire au Spladgest? Voilà
bien mon chevalier errant! C'est aussi un peu ma faute, pourquoi l'ai-je élevé ainsi? J'ai voulu qu'il fût

libre en dépit de son rang.

- Aussi n'est-il point esclave des étiquettes, dit Poël.

- Non, mais il l'est de ses caprices. Allons, il va sans doute revenir. Songez à vous rafraîchir, Poël. -
Dites-moi, et le visage du général prit une expression de sollicitude, dites-moi, Poël, avez-vous beaucoup

couru à droite et à gauche?

< page précédente | 17 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.