bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

En ce moment un groupe d'officiers, qui paraissaient s'entretenir vivement, se rapprocha de nos trois
interlocuteurs.

- Ah! pardieu, s'écria Randmer, il faut que je les amuse de l'invention de Bollar. - Camarades, ajouta-t-il
en s'avançant vers eux, vous ne savez pas? ce pauvre Frédéric d'Ahlefeld vient d'être croqué tout vivant

par le barbare Han d'Islande.

En achevant ces paroles, il ne put réprimer un éclat de rire, qui, à sa grande surprise, fut accueilli des
nouveaux-venus presque avec des cris d'indignation.

- Comment! vous riez! - Je ne croyais pas que Randmer dût répéter de cette manière une semblable
nouvelle. - Rire d'un pareil malheur!

- Quoi! dit Randmer troublé, est-ce que cela serait vrai?

- Eh! c'est vous qui nous le répétez! lui cria-t-on de toutes parts. Est-ce que vous n'avez pas foi en vos
paroles?

- Mais je croyais que c'était une plaisanterie de Bollar.

Un vieux officier prit la parole.

- La plaisanterie eût été de mauvais goût; mais ce n'en est malheureusement pas une. Le baron Voethaün,
notre colonel, vient de recevoir cette fatale nouvelle.

- Une affreuse aventure! c'est effrayant! répétèrent une foule de voix.

- Nous allons donc, disait l'un, combattre des loups et des ours à face humaine!

- Nous recevrons des coups d'arquebuse, disait l'autre, sans savoir d'où ils partiront; nous serons tués un à
un, comme de vieux faisans dans une volière.

- Cette mort de d'Ahlefeld, cria Bollar d'une voix solennelle, fait frissonner. Notre régiment est
malheureux. La mort de Dispolsen, celle de ces pauvres soldats trouvés à Cascadthymore, celle de

d'Ahlefeld, voilà trois tragiques événements en bien peu de temps.

Le jeune baron Randmer, qui était resté muet, sortit de sa rêverie.

- Cela est incroyable, dit-il; ce Frédéric qui dansait si bien!

Et après cette réflexion profonde, il retomba dans le silence, tandis que le capitaine Lory affirmait qu'il
était très affligé de la mort du jeune lieutenant, et faisait remarquer au second arquebusier, Toric Belfast,

que le cuivre de sa bandoulière était moins brillant qu'à l'ordinaire.

XXXI

«Chut! chut! voilà un homme qui descend de là-haut
par le moyen d'une échelle.

........................................

- Oh oui, c'est un espion.

< page précédente | 161 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.