bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

voûte.

Ordener était désarmé.

- As-tu, cria le monstre, quelque chose à dire à Dieu ou au diable avant de mourir?

Et son oeil lançait des flammes, et tous ses muscles s'étaient roidis de rage et de joie, et il s'était précipité
avec un frémissement d'impatience sur sa hache laissée à terre dans les plis du manteau. - Pauvre Éthel!

Tout à coup un rugissement lointain se fait entendre au dehors. Le monstre s'arrête. Le bruit redouble;
des clameurs d'hommes se mêlent aux grondements plaintifs d'un ours. Le brigand écoute. Les cris

douloureux continuent. Il saisit brusquement la hache et s'élance, non vers Ordener, mais vers l'une des

crevasses dont nous avons parlé et qui donnaient passage au jour. Ordener, au comble de la surprise de se

voir ainsi oublié, se dirige comme lui vers l'une de ces portes naturelles, et voit, dans une clairière assez

voisine, un grand ours blanc réduit aux abois par sept chasseurs, parmi lesquels il croit même distinguer

ce Kennybol dont les paroles l'avaient tant frappé la veille.

Il se retourne. Le brigand n'était plus dans la grotte, et il entend au dehors une voix effrayante qui criait:

- Friend! Friend! je suis à toi! me voici!

XXX

Pierre le bon enfant aux dés a tout perdu.

RÉGNIER.

Le régiment des arquebusiers de Munckholm est en marche à travers les défilés qui se trouvent entre
Drontheim et Skongen. Tantôt il côtoie un torrent, et l'on voit la file des bayonnettes ramper dans les

ravines comme un long serpent dont les écailles brillent au jour; tantôt il tourne en spirale à l'entour d'une

montagne, qui ressemble alors à ces colonnes triomphales autour desquelles montent des bataillons de

bronze.

Les soldats marchent, les armes basses et les manteaux déployés, d'un air d'humeur et d'ennui, parce que
ces nobles hommes n'aiment que le combat ou le repos. Les grosses railleries, les vieux sarcasmes qui

faisaient hier leurs délices ne les égayent pas aujourd'hui; l'air est froid, le ciel est brumeux. Il faut au

moins, pour qu'un rire passager s'élève dans les rangs, qu'une cantinière se laisse tomber maladroitement

du haut de son petit cheval barbe, ou qu'une marmite de fer-blanc roule de rocher en rocher jusqu'au fond

d'un précipice.

C'est pour se distraire un moment de l'ennui de cette route que le lieutenant Randmer, jeune baron danois,
aborda le vieux capitaine Lory, soldat de fortune. Le capitaine marchait, sombre et silencieux, d'un pas

pesant, mais assuré; le lieutenant, leste et léger, faisait siffler une baguette qu'il avait arrachée aux

broussailles dont le chemin était bordé.

- Eh bien, capitaine, qu'avez-vous donc? vous êtes triste.

- C'est qu'apparemment j'en ai sujet, répondit le vieil officier sans lever la tête.

- Allons, allons, point de chagrin; regardez-moi, suis-je triste? et pourtant je gage que j'en aurais au
moins autant sujet que vous.

< page précédente | 157 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.