bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

- Jeune seigneur, continua le pêcheur avec émotion, croyez-moi, renoncez à ce projet. Je suis pauvre et
vieux, et je ne donnerais pas ce qui me reste de vie pour vos mille écus royaux, ne me restât-il qu'un jour.

L'oeil suppliant et compatissant de la femme épiait l'effet que produirait sur le jeune seigneur la prière de
son mari. Ordener se hâta de répondre:

- C'est un intérêt plus grand qui me fait chercher ce brigand que vous appelez un démon; c'est pour
d'autres que pour moi...

Le montagnard, qui n'avait pas quitté Ordener du regard, l'interrompit.

- Je vous comprends à mon tour, je sais pourquoi vous cherchez le démon islandais.

- Je veux le forcer à combattre, dit le jeune homme.

- C'est cela, dit Kennybol, vous êtes chargé de grands intérêts, n'est-ce pas?

- Je viens de le dire.

Le montagnard s'approcha du jeune homme d'un air d'intelligence, et ce ne fut pas sans un extrême
étonnement qu'Ordener l'entendit lui dire à l'oreille, à demi-voix:

- C'est pour le comte Schumacker de Griffenfeld, n'est-il pas vrai?

- Brave homme, s'écria-t-il, comment savez-vous?...

Et en effet, il lui était difficile de s'expliquer comment un montagnard norvégien pouvait savoir un secret
qu'il n'avait confié à personne, pas même au général Levin.

Kennybol se pencha vers lui.

- Je vous souhaite bon succès, reprit-il du même ton mystérieux; vous êtes un noble jeune homme de
servir ainsi les opprimés.

La surprise d'Ordener était si grande qu'il trouvait à peine des paroles pour demander au montagnard
comment il était instruit du but de son voyage.

- Silence, dit Kennybol en mettant son doigt sur la bouche, j'espère que vous obtiendrez de l'habitant de
Walderhog ce que vous désirez; mon bras est dévoué, comme le vôtre, au prisonnier de Munckholm.

Puis élevant la voix, avant qu'Ordener eût pu répliquer:

- Frère, bonne soeur Maase, poursuivit-il, recevez ce respectable jeune homme comme un frère de plus.
Allons, je crois que le souper est prêt.

- Quoi! interrompit Maase, vous avez sans doute décidé sa courtoisie à renoncer à son projet de visiter le
démon?

- Soeur, priez pour qu'il ne lui arrive point de mal. C'est un noble et digne jeune homme. Allons, brave
seigneur, prenez quelque nourriture et quelque repos avec nous. Demain je vous montrerai votre chemin,

et nous irons à la recherche, vous de votre diable, et moi de mon ours.

XXIX

< page précédente | 150 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.