bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

- Il est innocent! répéta la comtesse d'un air consterné, quoique incrédule; car elle tremblait qu'en effet
Schumacker n'eût démontré au général cette innocence qu'il était si important aux intérêts du

grand-chancelier de noircir.

Le gouverneur avait eu le temps de réfléchir; il répondit à l'insistance de la grande-chancelière d'un ton
de voix qui la rassura, parce qu'il décelait le doute et le trouble:

- Innocent... - Oui, - si vous voulez...

- Si je veux, seigneur général!

Et la méchante femme éclata de rire.

Ce rire blessa le gouverneur.

- Noble comtesse, dit-il, vous permettrez que je ne rende compte de mon entretien avec
l'ex-grand-chancelier qu'au vice-roi.

Alors il salua profondément, et descendit dans la cour où l'attendait sa voiture.

- Oui, se disait la comtesse d'Ahlefeld rentrée dans ses appartements, pars, chevalier errant, que ton
absence nous délivre du protecteur de nos ennemis. Va, ton départ est le signal du retour de mon

Frédéric.

- Je vous demande un peu, oser envoyer le plus joli cavalier de Copenhague dans ces horribles
montagnes! Heureusement il ne me sera pas difficile maintenant d'obtenir son rappel.

À cette pensée, elle s'adressa à sa suivante favorite.

- Ma chère Lisbeth, vous ferez venir de Berghen deux douzaines de ces petits peignes que nos élégants
portent dans leurs cheveux; vous vous informerez du nouveau roman de la fameuse Scudéry, et vous

veillerez à ce qu'on lave régulièrement tous les matins dans l'eau de rosé la guenon de mon cher Frédéric.

- Quoi! ma gracieuse maîtresse, demanda Lisbeth, est-ce que le seigneur Frédéric peut revenir?

- Oui, vraiment; et, pour qu'il ait quelque plaisir à me revoir, il faut faire tout ce qu'il demande; je veux
lui ménager une surprise à son retour.

Pauvre mère!

XXVIII

... Bernard suit en courant les rives de
l'Arlança. Il est semblable à un lion qui sort de

son antre, cherchant les chasseurs, et déterminé à

les vaincre ou à mourir.

Il est parti, l'espagnol vaillant et déterminé?

C'est d'un pas rapide, une grosse lance au poing,
dans laquelle il met ses espérances, que Bernard

suit les ruines de l'Arlança.

< page précédente | 141 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.