bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

l'échafaud, et de là jeté par grâce dans un cachot isolé à l'extrémité des deux royaumes. Ses créatures
l'avaient renversé, sans qu'il eût droit de crier à l'ingratitude. Pouvait-il se plaindre de voir se briser sous

ses pieds des échelons qu'il n'avait placés si haut que pour s'élever lui-même?

Celui qui avait fondé la noblesse en Danemark voyait, du fond de son exil, les grands qu'il avait faits se
partager ses propres dignités. Le comte d'Ahlefeld, son mortel ennemi, était son successeur comme

grand-chancelier; le général Arensdorf disposait, comme grand maréchal, des grades militaires; et

l'évêque Spollyson exerçait la charge d'inspecteur des universités. Le seul de ses ennemis qui ne lui dût

pas son élévation était le comte Ulric-Frédéric Guldenlew, fils naturel du roi Frédéric III, vice-roi de

Norvège; c'était le plus généreux de tous.

C'est vers le triste rocher de Munckholm que s'avançait assez lentement la barque du jeune homme à la
plume noire. Le soleil baissait rapidement derrière le château-fort isolé, dont la masse interceptait ses

rayons, déjà si horizontaux que le paysan des collines lointaines et orientales de Larsynn pouvait voir se

promener près de lui, sur les bruyères, l'ombre vague de la sentinelle placée sur le donjon le plus élevé de

Munckholm.

III

Ah! mon coeur ne pouvait être plus sensiblement
blessé!... Un jeune homme sans moeurs... il a osé

la regarder! ses regards souillaient sa

pureté. - Claudia! cette seule pensée me met hors

de moi.

LESSING.

- Andrew, allez dire que dans une demi-heure on sonne le couvre-feu. Sorsyll relèvera Duckness à la
grande herse, et Maldivius montera sur la plate-forme de la grosse tour. Qu'on veille attentivement du

côté du donjon du Lion de Slesvig. Ne pas oublier à sept heures de tirer le canon pour qu'on lève la

chaîne du port; - mais non, on attend encore le capitaine Dispolsen; il faut au contraire allumer le fanal et

voir si celui de Walderhog est allumé, comme l'ordre en a été donné aujourd'hui. Surtout qu'on tienne des

rafraîchissements prêts pour le capitaine. - Et, j'oubliais, - qu'on marque pour deux jours de cachot

Toric-Belfast, second arquebusier du régiment; il a été absent toute la journée.

Ainsi parlait le sergent d'armes sous la voûte noire et enfumée du corps de garde de Munckholm, situé
dans la tour basse qui domine la première porte du château.

Les soldats auxquels il s'adressait quittèrent le jeu ou le lit pour exécuter ses ordres; puis le silence se
rétablit.

En ce moment, le bruit alternatif et mesuré des rames se fit entendre au dehors. - Voilà sans doute, enfin,
le capitaine Dispolsen! dit le sergent en ouvrant la petite fenêtre grillée qui donne sur le golfe.

Une barque abordait en effet au bas de la porte de fer.

- Qui va là? cria le sergent d'une voix rauque.

- Ouvrez! répondit-on; paix et sûreté.

- On n'entre pas; avez-vous droit de passe?

< page précédente | 14 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.