bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

homme continua:

- Je ne voulais pas laisser échapper ces soldats qui te poursuivaient. Ils étaient du régiment de
Munckholm.

- Pour toi, je ne pouvais te perdre. - Spiagudry, c'est moi que tu as revu au village d'Oëlmoe sous ce
feutre de mineur; c'est moi dont tu as entendu les pas et la voix, dont tu as reconnu les yeux en montant à

ces ruines; c'est moi!

Hélas! l'infortuné n'en était que trop convaincu; il se roula à terre, aux pieds de son formidable juge, en
s'écriant d'une voix déchirante et étouffée: - Grâce!

Le petit homme, les bras toujours croisés, attachait sur lui un regard de sang, plus ardent que la flamme
du foyer.

- Demande ton salut à cette cassette dont tu l'attends, dit-il ironiquement.

- Grâce, seigneur! Grâce! répéta le mourant Spiagudry.

- Je t'avais recommandé d'être fidèle et muet, tu n'as pu être fidèle; à l'avenir je te proteste que tu seras
muet.

Le concierge, entrevoyant l'horrible sens de ces paroles, poussa un long gémissement.

- Ne crains rien, dit l'homme, je ne te séparerai pas de ton trésor.

À ces mots, dénouant sa ceinture de cuir, il la passa dans l'anneau de la cassette, et la suspendit ainsi au
cou de Spiagudry, qui fléchissait sous le poids.

- Allons! reprit l'autre, quel est le diable auquel tu désires donner ton âme? Hâte-toi de l'appeler, afin
qu'un autre démon dont tu ne te soucierais pas ne s'en empare point avant lui.

Le désespéré vieillard, hors d'état de prononcer une parole, tomba aux genoux du petit homme, en faisant
mille signes de prière et d'épouvante.

- Non, non! dit celui-ci; écoute, fidèle Spiagudry, ne te désole pas de laisser ainsi ton jeune compagnon
sans guide. Je te promets qu'il ira où tu vas. Suis-moi, tu ne fais que lui montrer le chemin. - Allons!

À ces mots, saisissant le misérable dans ses bras de fer, il l'emporta hors de la tour comme un tigre
emporte une longue couleuvre; et un moment après il s'éleva dans les ruines un grand cri, auquel se mêla

un effroyable éclat de rire.

XXIII

Oui, l'on peut bien montrer à l'oeil éploré de
l'amant fidèle l'objet éloigné de son idolâtrie.

Mais, hélas! les scènes de l'attente, des adieux,

les pensées, les souvenirs doux et amers, les

rêves enchanteurs des êtres qui aiment! qui peut

les rendre?

MATURIN. Bertram.

< page précédente | 117 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.