bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

- Parlons de nos affaires! se dit intérieurement Musdoemon choqué; il paraît que mes affaires ne sont
pas nos affaires. - Seigneur comte, répondit-il à haute voix, je pense que le messager du vice-roi

doit être en ce moment à Drontheim, et qu'ainsi le général Levin n'est pas loin de son départ.

Le comte prit une voix affectueuse.

- Ce rappel, mon cher, est un de vos coups de maître; c'est une de vos intrigues les mieux conçues et les
plus habilement exécutées.

- L'honneur en appartient à sa grâce autant qu'à moi, répliqua Musdoemon, soigneux, comme nous
l'avons déjà dit, de mêler le comte à toutes ses machinations.

Le patron connaissait cette pensée secrète de son confident, mais il voulait paraître l'ignorer. Il se mit à
sourire.

- Mon cher secrétaire intime, vous êtes toujours modeste; mais rien ne me fera méconnaître vos éminents
services. La présence d'Elphège et l'absence du mecklembourgeois assurent mon triomphe à Drontheim.

Me voici le chef de la province, et si Han d'Islande accepte le commandement des révoltés, que je veux

lui offrir moi-même, c'est à moi que reviendra, aux yeux du roi, la gloire d'avoir apaisé cette inquiétante

insurrection et pris ce formidable brigand.

Ils parlaient ainsi à voix basse, quand le guide se retourna.

- Mes seigneurs maîtres, dit-il, voici, à notre gauche, le monticule sur lequel Biord le Juste fit décapiter,
aux yeux de son armée, Vellon à la langue double, ce traître qui avait éloigné les vrais défenseurs du roi

et appelé l'ennemi dans le camp, pour paraître avoir seul sauvé les jours de Biord.

Tous ces souvenirs de la vieille Norvège ne semblèrent pas du goût de Musdoemon, car il interrompit
brusquement le guide.

- Allons, allons, bonhomme, taisez-vous et continuez votre chemin sans vous détourner; que nous
importe ce que des masures ruinées ou des arbres morts vous rappellent de sottes aventures? Vous

importunez mon maître avec vos contes de vieilles femmes.

XXII

Voici l'heure où le lion rugit,
Où le loup hurle à la lune,

Tandis que le laboureur ronfle,

Épuisé de sa pénible tâche.

Maintenant les tisons consumés brillent dans le foyer;

La chouette poussant son cri sinistre,

Rappelle aux malheureux, couchés dans les douleurs,

Le souvenir d'un drap funèbre.

Voici le temps de la nuit

Où les tombeaux, tous entr'ouverts,

Laissent échapper chacun son spectre,

Qui va errer dans les sentiers des cimetières.

SHAKESPEARE. Le Songe d'été.

< page précédente | 107 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.