bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

À cet endroit de sa rêverie, le général fut interrompu par le bruit de la porte qui s'ouvrait.

- Eh bien, que voulez-vous, Gustave?

- Mon général, c'est un messager qui demande votre excellence.

- Allons! qu'est-ce encore? quelque désastre!.... Faites entrer ce messager.

Le messager, introduit, remit un paquet au gouverneur.

- Votre excellence, dit-il, c'est de la part de sa sérénité le vice-roi.

Le général ouvrit précipitamment la dépêche.

- Par saint Georges, s'écria-t-il avec un mouvement de surprise, je crois qu'ils sont tous fous! Ne voilà-t-il
pas le vice-roi qui m'invite à me rendre près de lui, à Berghen? C'est, dit-il, pour une affaire pressante,

d'après l'ordre du roi. - Voilà une affaire pressante qui choisit bien son moment. - «Le grand-chancelier,

qui visite actuellement le Drontheimhus, suppléera à votre absence....» - C'est un suppléant auquel je ne

me fie guère! - «L'évêque l'assistera....» - En vérité, Frédéric choisit là de bons gouverneurs pour un pays

révolté; deux hommes de robe, un chancelier et un évêque! - Allons cependant, l'invitation est expresse,

c'est l'ordre du roi. Il faut s'y rendre. Mais avant mon départ je veux voir Schumacker, et l'interroger. - Je

sens bien qu'on veut m'engloutir dans un chaos d'intrigues, mais j'ai pour me diriger une boussole qui ne

me trompe jamais, - c'est ma conscience.

XXI

Il semble que tout prenne une voix pour l'accuser
de son crime.

Caïn, tragédie.

- Oui, seigneur comte, c'est aujourd'hui même, dans la ruine d'Arbar, que nous pourrons le rencontrer.
Une foule de circonstances me font croire à la vérité de ce renseignement précieux, que j'ai recueilli hier

soir par hasard, comme je vous l'ai conté, dans le village d'Oëlmoe.

- Sommes-nous loin de cette ruine d'Arbar?

- Mais c'est auprès du lac de Smiasen. Le guide m'a assuré que nous y serions avant le milieu du jour.

Ainsi s'entretenaient deux personnages à cheval et enveloppés de manteaux bruns, lesquels suivaient de
grand matin une de ces mille routes sinueuses et étroites qui traversent en tous sens la forêt située entre

les lacs de Smiasen et de Sparbo. Un guide des montagnes, muni de sa trompe et armé de sa hache, les

précédait sur son petit cheval gris, et derrière eux marchaient quatre autres cavaliers armés jusqu'aux

dents, vers lesquels ces deux personnages tournaient de temps en temps la tête, comme s'ils craignaient

d'en être entendus.

- Si ce brigand islandais se trouve en effet dans la ruine d'Arbar, disait celui des deux interlocuteurs dont
la monture se tenait respectueusement un peu en arrière de l'autre, c'est un grand point de gagné, car le

difficile était de rencontrer cet être insaisissable.

- Vous croyez, Musdoemon? Et s'il allait rejeter nos offres?

< page précédente | 105 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.