bibliotheq.net - littérature française
 

Victor Hugo - Han d'Islande

- Oui, sans doute; un sentier qui prend naissance dans le bois où nous allons entrer, et s'élève, par sur
pente assez douce, jusqu'à la tête nue du rocher, une laquelle il se continue en gradins taillés dans le roc

par les compagnons de Vermund le Proscrit, au château duquel il aboutit. Ce sont ces ruines, que vous

pouvez voir au clair de la lune.

- Eh bien, vieillard, vous allez m'indiquer le sentier; c'est dans ces ruines que nous passerons la nuit, dans
ces ruines d'où l'on voit le donjon de Munckholm.

- Y pensez-vous, seigneur? dit Benignus. La fatigue de cette
journée....

- Vieillard, j'aiderai votre marche; jamais mon pas ne fut plus ferme.

- Seigneur, les ronces qui obstruent ce sentier depuis si longtemps abandonné, les pierres dégradées, la
nuit....

- Je marcherai le premier.

- Peut-être quelque bête malfaisante, quelque animal impur, quelque monstre hideux....

- Ce n'est pas pour éviter les monstres que j'ai entrepris ce voyage.

L'idée de s'arrêter si près d'Oëlmoe déplaisait fort à Spiagudry; celle de voir le phare de Munckholm, et
peut-être la lumière de la fenêtre d'Éthel, enchantait et entraînait Ordener.

- Mon jeune maître, dit Spiagudry, abandonnez ce projet, croyez-moi; j'ai le pressentiment qu'il nous
portera malheur.

Cette prière n'était rien, devant ce que désirait Ordener.

- Allons, dit-il avec impatience, songez que vous vous êtes engagé à me bien servir. Je veux que vous
m'indiquiez ce sentier; où est-il?

- Nous allons y arriver tout à l'heure, dit le concierge forcé d'obéir.

En effet, le sentier s'offrit bientôt à eux; ils y entrèrent, mais Spiagudry remarqua, avec un étonnement
mêlé d'effroi, que les hautes herbes étaient couchées et brisées, et que le vieux sentier de Vermund le

Proscrit paraissait avoir été foulé récemment.

XX

LEONARDO.
Le roi vous demande.

HENRIQUE.
Comment cela?

LOPE DE VEGA. La Fuerza lastimosa.

Devant quelques papiers épars sur son bureau, parmi lesquels on distingue des lettres nouvellement
ouvertes, le général Levin de Knud paraît rêver profondément. Un secrétaire debout près de lui semble

attendre ses ordres. Le général tantôt frappe de ses éperons le riche tapis qui s'étend sous ses pieds, tantôt

< page précédente | 103 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.