bibliotheq.net - littérature française
 

Théophile Gautier - Mademoiselle de Maupin

Chapitre 8

Non, mon cher Silvio, non, je ne t'ai pas oublié; je ne suis pas de ceux qui marchent dans la vie sans
jamais jeter un regard en arrière; mon passé me suit et empiète sur mon présent, et presque sur mon

avenir; ton amitié est une des places frappées du soleil qui se détachent le plus nettement à l'horizon déjà

tout bleu de mes dernières années; - souvent, du faîte où je suis, je me retourne pour la contempler avec

un sentiment d'ineffable mélancolie.

Oh! quel beau temps c'était - que nous étions angéliquement purs! - Nos pieds touchaient à peine la terre;
nous avions comme des ailes aux épaules, nos désirs nous enlevaient, et la brise du printemps faisait

trembler autour de nos fronts la blonde auréole de l'adolescence.

Te souviens-tu de cette petite île plantée de peupliers à cet endroit où la rivière forme un bras? - Il fallut
pour y aller passer sur une planche assez longue, très étroite et qui ployait étrangement par le milieu; un

vrai pont pour des chèvres, et qui en effet ne servait guère qu'à elles: c'était délicieux. - Un gazon court et

fourni, où le souviens-toi de moi ouvrait en clignotant ses jolies petites prunelles bleues, un

sentier jaune comme du nankin qui faisait une ceinture à la robe verte de l'île et lui serrait la taille, une

ombre toujours émue de trembles et de peupliers n'étaient pas les moindres agréments de ce paradis: - -il

y avait de grandes pièces de toile que les femmes vendent étendre pour les blanchir à la rosée; on eût dit

des carrés de neige; - et cette petite fille, toute brune et toute hâlée, dont les grands yeux sauvages

brillaient d'un éclat si vif sous les longues mèches de ses cheveux, et qui courait après les chèvres en les

menaçant et en agitant sa baguette d'osier, quand elles faisaient mine de vouloir marcher sur les toiles

dont elle avait la garde, - te la rappelles-tu? - Et les papillons couleur de soufre, au vol inégal et

tremblotant, et le martin-pêcheur que nous avons tant de fois essayé d'attraper et qui avait son nid dans ce

fourré d'aunes? et ces descentes à la rivière avec leurs marches grossièrement taillées, leurs poteaux et

leurs pieux tout verdis par le bas et presque toujours fermées par une claire-voie de plantes et de

branchages? Que cette eau était limpide et miroitante! comme elle laissait voir un fond de gravier doré!

et quel plaisir c'était, assis sur la rive, d'y laisser pendre le bout de ses pieds! Les nénuphars à fleurs d'or,

qui s'y déroulaient gracieusement, avaient l'air de verts cheveux flottant sur le dos d'agate de quelque

nymphe au bain. - Le ciel se regardait à ce miroir avec des sourires azurés et des transparences d'un gris

de perle on ne peut plus ravissant, et, à toutes les heures de la journée, c'étaient des turquoises, des

paillettes, des ouates et des moires d'une variété inépuisable. - Que j'aimais ces escadres de petits canards

à cous d'émeraude, qui naviguaient incessamment d'un bord à l'autre et formaient quelques rides sur cette

pure glace!

Que nous étions bien faits pour être les figures de ce paysage! - comme nous allions à cette nature si
douce et si reposée, et comme nous nous harmonisions facilement avec elle! Printemps au-dehors,

jeunesse au-dedans, soleil sur le gazon, sourire sur les lèvres, neige de fleurs à tous les buissons, blanches

illusions épanouies dans nos âmes, pudique rougeur sur nos joues et sur l'églantine, poésie chantant dans

notre coeur, oiseaux cachés gazouillant dans les arbres, lumière, roucoulements, parfums, mille rumeurs

confuses, le coeur qui bat, l'eau qui remue un caillou, un brin d'herbe ou une pensée qui pousse, une

goutte d'eau qui roule au long d'un calice, une larme qui déborde au long d'une paupière, un soupir

d'amour, un bruissement de feuille... - quelles soirées nous avons passées là a nous promener à pas lents,

si près du bord que souvent nous marchions un pied dans l'eau et l'autre sur la terre.

Hélas! - cela a peu duré, chez moi du moins, - car toi, en acquérant la science de l'homme, tu as su garder
la candeur de l'enfant. - Le germe de corruption qui était en moi s'est développé bien vite, et la gangrène

< page précédente | 89 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.