bibliotheq.net - littérature française
 

Théophile Gautier - Mademoiselle de Maupin

longtemps de l'oeil; le corridor était percé de loin en loin de petites fenêtres à carreaux étroits, éclairées
par la lune, et qui faisaient une alternative d'ombre et de lumière très fantastique. À chaque fenêtre, la

forme blanche et pure de Rosette étincelait comme un fantôme d'argent; puis elle s'éteignait pour

reparaître plus brillante un peu plus loin; enfin elle disparut entièrement.

Théodore, comme abîmé dans de profondes réflexions, resta quelques minutes immobile et les bras
croisés, puis il passa sa main sur son front, et rejeta ses cheveux en arrière par un mouvement de tête,

rentra dans la chambre, et fut se coucher après avoir embrassé au front le page, qui dormait toujours.

Chapitre 7

Dès qu'il fit jour chez Rosette, d'Albert se fit annoncer avec un empressement qui ne lui était pas
habituel.

- Vous voilà, fit Rosette, je dirais de bien bonne heure, si vous pouviez jamais arriver de bonne heure. -
Aussi, pour vous récompenser de votre galanterie, je vous octroie ma main à baiser.

Et elle tira de dessous le drap de toile de Flandre garni de dentelles la plus jolie petite main que l'on ait
jamais vue au bout d'un bras rond et potelé.

D'Albert la baisa avec componction: - Et l'autre, la petite soeur, est-ce que nous ne la baiserons pas aussi?

Mon Dieu si! rien n'est plus faisable. Je suis aujourd'hui dans mon humeur des dimanches; tenez. - Et elle
sortit du lit son autre main dont elle lui frappa légèrement la bouche. - Est-ce que je ne suis pas la femme

la plus accommodante du monde?

- Vous êtes la grâce même, et l'on vous devrait élever des temples de marbre blanc dans des bosquets de
myrtes. - En vérité, j'ai bien peur qu'il ne vous arrive ce qui est arrivé à Psyché, et que Vénus ne devienne

jalouse de vous, dit d'Albert en joignant les deux mains de la belle et en les portant ensemble à ses lèvres.

- Comme vous débitez tout cela d'une haleine! on dirait que c'est une phrase apprise par coeur, dit
Rosette avec une délicieuse petite moue.

- Point: vous valez bien que la phrase soit tournée exprès pour vous, et vous êtes faite à cueillir des
virginités de madrigaux, répliqua d'Albert.

- Oh çà! décidément, qui vous a piqué aujourd'hui? est-ce que vous êtes malade que vous êtes si galant?
Je crains que vous ne mouriez. Savez-vous que, lorsque quelqu'un change tout à coup de caractère, et

sans raison apparente, cela est de mauvais augure? Or, il est constaté, aux yeux de toutes les femmes qui

ont pris la peine de vous aimer, que vous êtes habituellement on ne peut plus maussade, et il est non

moins sûr que vous êtes on ne peut plus charmant en ce moment-ci et d'une amabilité tout à fait

inexplicable. - Là, vraiment, je vous trouve pâle, mon pauvre d'Albert: donnez-moi le bras, que je vous

tâte le pouls; et elle lui releva la manche, et compta les pulsations avec une gravité comique. - Non...

Vous êtes au mieux, et vous n'avez pas le plus léger symptôme de fièvre. Alors il faut que je sois

furieusement jolie ce matin! Allez donc me chercher mon miroir, que je voie jusqu'à quel point votre

galanterie a tort ou raison.

D'Albert fut prendre un petit miroir qui était sur la toilette, et le posa sur le lit.

- Au fait, dit Rosette, vous n'avez pas tout à fait tort. Pourquoi ne faites-vous pas un sonnet sur mes yeux,
monsieur le poète? - Vous n'avez aucune raison pour n'en pas faire. - Voyez donc, que je suis

< page précédente | 83 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.