bibliotheq.net - littérature française
 

Théophile Gautier - Mademoiselle de Maupin

d'accueil, et je pense qu'elle a formé le dessein de s'en servir pour éveiller ma jalousie et faire sortir ainsi
le peu de flamme qui dort sous les cendres de ma passion éteinte. - Tout redoutable cependant que soit un

pareil rival, je suis peu disposé à en être jaloux, et je me sens tellement entraîné vers lui que je me

désisterais assez volontiers de mon amour pour avoir son amitié.

Chapitre 6

En cet endroit, si le débonnaire lecteur veut bien nous le permettre, nous allons pour quelque temps
abandonner à ses rêveries le digne personnage qui, jusqu'ici, a occupé la scène à lui tout seul et parlé

pour son propre compte, et rentrer dans la forme ordinaire du roman, sans toutefois nous interdire de

prendre par la suite la forme dramatique, s'il en est besoin, et en nous réservant le droit de puiser encore

dans cette espèce de confession épistolaire que le susdit jeune homme adressait à son ami, persuadé que,

si pénétrant et si plein de sagacité que nous soyons, nous devons assurément en savoir là-dessus moins

long que lui-même.

...Le petit page était tellement harassé qu'il dormait sur les bras de son maître et que sa petite tête toute
déchevelée allait et venait comme s'il eût été mort. Il y avait assez loin du perron à la chambre que l'on

avait désignée pour être celle du nouvel arrivant, et le domestique qui le précédait s'offrit à porter l'enfant

à son tour; mais le jeune cavalier, pour qui, du reste, ce fardeau semblait n'être qu'une plume, le remercia

et ne voulut pas s'en dessaisir: il le déposa sur le canapé tout doucement et en prenant mille précautions

pour ne pas le réveiller; une mère n'eût pas mieux fait. Quand le domestique se fut retiré et que la porte

fut fermée, il se mit à genoux devant lui et essaya de lui tirer ses bottines; mais ses petits pieds gonflés et

endoloris rendaient cette opération assez difficile, et le joli dormeur poussait de temps en temps quelques

soupirs vagues et inarticulés, comme une personne qui va se réveiller; alors le jeune cavalier s'arrêtait et

attendait que le sommeil l'eût repris. Les bottines cédèrent enfin, c'était le plus important; les bas firent

peu de résistance. - Cette opération achevée, le maître prit les deux pieds de l'enfant, et les posa l'un à

côté de l'autre sur le velours du sofa; c'étaient bien les deux plus adorables pieds du monde, pas plus

grands que cela, blancs comme de l'ivoire neuf et un peu rosés par la pression de la chaussure où ils

étaient en prison depuis dix-sept heures, des pieds trop petits pour une femme, et qui semblaient n'avoir

jamais marché; ce qu'on voyait de la jambe était rond, potelé, poli, transparent et veiné, et de la plus

exquise délicatesse; - une jambe digne du pied.

Le jeune homme, toujours à genoux, contemplait ces deux petits pieds avec une attention amoureusement
admirative; il se pencha, prit le gauche et le baisa, et puis le droit et le baisa aussi; et puis, de baisers en

baisers, il remonta le long de la jambe jusqu'à l'endroit où l'étoffe commençait. - Le page souleva un peu

sa longue paupière, et laissa tomber sur son maître un regard bienveillant et assoupi, où ne perçait aucune

surprise. - Ma ceinture me gêne, dit-il en passant son doigt sous le ruban, et il se rendormit. - Le maître

déboucla la ceinture, releva la tête du page avec un coussin? et touchant ses pieds qui étaient devenus un

peu froids, de brûlants qu'ils étaient, il les enveloppa soigneusement dans son manteau, prit un fauteuil, et

s'assit au plus près du sofa. Deux heures se passèrent ainsi, le jeune homme regardant dormir l'enfant et

suivant sur son front les ombres de ses rêves. Le seul bruit qu'on entendit par la chambre était sa

respiration régulière et le tic-tac de la pendule.

C'était un tableau assurément fort gracieux. - Il y avait dans l'opposition de ces deux genres de beauté un
moyen d'effet dont un peintre habile eût tiré bon parti. - Le maître était beau comme une femme, - le page

beau comme une jeune fille. - Cette tête ronde et rose, ainsi posée dans ses cheveux, avait l'air d'une

pêche sous ses feuilles; elle en avait la fraîcheur et le velouté, quoique la fatigue de la route lui eût enlevé

quelque peu de son éclat habituel; la bouche mi-ouverte laissait apercevoir de petites dents d'un blanc

< page précédente | 74 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.