bibliotheq.net - littérature française
 

Théophile Gautier - Mademoiselle de Maupin

genoux, et qu'il faudra couper en petits morceaux, après sa mort, afin d'en faire des reliques: la laisser là
iniquement, frauduleusement, scélératement! Mais un corsaire ne ferait pas pis! Lui donner le coup de la

mort! - car elle en mourra assurément. - Il faut avoir un pavé dans le ventre, au lieu du coeur, pour se

conduire de la sorte.

Ô hommes! hommes!

Je me dis cela; mais peut-être n'est-ce pas vrai.

Si grandes comédiennes que soient naturellement les femmes, j'ai peine à croire qu'elles le soient à ce
point-là; et, au bout du compte, toutes les démonstrations de Rosette ne sont-elles que l'expression exacte

de ses sentiments pour moi? - Quoi qu'il en soit, la continuation du tête-à-tête n'est plus possible, et la

belle châtelaine vient d'envoyer enfin des invitations à ses connaissances du voisinage. Nous sommes

occupés à faire des préparatifs pour recevoir ces dignes provinciaux et provinciales. - Adieu, cher.

Chapitre 5

Je m'étais trompé. - Mon mauvais coeur, incapable d'amour, s'était donné cette raison pour se délivrer du
poids d'une reconnaissance qu'il ne veut pas supporter; j'avais saisi avec joie cette idée pour m'excuser

devant moi-même; je m'y étais attaché, mais rien au monde n'est plus faux. Rosette ne jouait pas de rôle,

et si jamais femme fut vraie, c'est elle. - Eh bien! je lui en veux presque de la sincérité de sa passion qui

est un lien de plus et qui rend une rupture plus difficile ou moins excusable; je la préférerais fausse et

volage. - Quelle singulière position que celle-là! - On voudrait s'en aller, et l'on reste; on voudrait dire: Je

te hais, et l'on dit: Je t'aime; - votre passé vous pousse en avant et vous empêche de vous retourner ou de

vous arrêter. - L'on est fidèle avec des regrets de l'être. Je ne sais quelle espèce de honte vous empêche de

vous livrer tout à fait à d'autres connaissances et vous fait entrer en composition avec vous-même. On

donne à l'un tout ce que l'on peut dérober à l'autre en sauvant les apparences; le temps et les occasions de

se voir qui se présentaient autrefois si naturellement ne se trouvent plus aujourd'hui que difficilement. -

L'on commence à se souvenir que l'on a des affaires qui sont d'importance. - Cette situation pleine de

tiraillements est des plus pénibles, mais elle ne l'est pas encore autant que celle où je me trouve. - Quand

c'est une nouvelle amitié qui vous enlève à l'ancienne, il est plus facile de se dégager. - L'espérance vous

sourit doucement du seuil de la maison qui renferme vos jeunes amours. - Une illusion plus blonde et

plus rosée voltige avec ses blanches ailes sur le tombeau, à peine fermé, de sa soeur qui vient de mourir;

une autre fleur plus épanouie et plus embaumée, où tremble une larme céleste, a poussé subitement du

milieu des calices flétris du vieux bouquet; de belles perspectives azurées s'ouvrent devant vous; des

allées de charmilles discrètes et humides se prolongent jusqu'à l'horizon; ce sont des jardins avec

quelques pâles statues ou quelque banc adossé à un mur tapissé de lierre, des pelouses étoilées de

marguerites, des balcons étroits où l'on va s'accouder et regarder la lune, des ombrages coupés de lueurs

furtives, - des salons avec des jours étouffés sous d'amples rideaux; toutes ces obscurités et cet isolement

que recherche l'amour qui n'ose se produire. C'est comme une nouvelle jeunesse qui vous vient. L'on a en

outre le changement de lieux, d'habitudes et de personnes; l'on sent bien une espèce de remords; mais le

désir qui voltige et bourdonne autour de votre tête, comme une abeille du printemps, vous empêche d'en

entendre la voix; le vide de votre coeur est comblé, et vos souvenirs s'effacent sous les impressions. Mais

ici ce n'est pas la même chose: je n'aime personne, et ce n'est que par lassitude et par ennui plutôt de moi

que d'elle que je voudrais pouvoir rompre avec Rosette.

Mes anciennes idées, qui s'étaient un peu assoupies, se réveillent plus folles que jamais. - Je suis, comme
autrefois, tourmenté du désir d'avoir une maîtresse, et, comme autrefois, dans les bras mêmes de Rosette,

< page précédente | 65 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.