bibliotheq.net - littérature française
 

Théophile Gautier - Mademoiselle de Maupin

lorsque j'étais tout petit, vous m'apparaissiez en songe avec une couronne de gouttes de rosée, deux ailes
prismatiques et la petite fleur bleue à la main; que vous êtes le but, le moyen et le sens de ma vie; que,

sans vous, je ne suis rien qu'une vaine apparence, et que, si vous soufflez sur cette flamme que vous avez

allumée, il ne restera au fond de moi qu'une pincée de poussière plus fine et plus impalpable que celle qui

saupoudre les propres ailes de la mort. - Rosalinde, vous qui avez tant de recettes pour guérir le mal

d'amour, guérissez-moi, car je suis bien malade; jouez votre rôle jusqu'au bout, jetez les habits du beau

Ganymède, et tendez votre blanche main au plus jeune fils du brave chevalier Rowland des Bois.

Chapitre 14

J'étais à ma fenêtre occupée à regarder les étoiles qui s'épanouissaient joyeusement aux parterres du ciel,
et à respirer le parfum des belles-de-nuit que m'apportait une brise mourante. - -Le vent de la croisée

ouverte avait éteint ma lampe, la dernière qui restât allumée dans le château. Ma pensée dégénérait en

vague rêverie, et une espèce de somnolence commençait à me prendre; cependant je restais toujours

accouder sur la balustrade de pierre, soit que je fusse fascinée par le charme de la nuit, soit par

nonchalance et par oubli. - Rosette, ne voyant plus briller ma lampe et ne pouvant me distinguer à cause

d'un grand angle d'ombre qui tombait précisément sur la fenêtre, avait cru sans doute que j'étais couchée,

et c'était ce qu'elle attendait pour risquer une dernière et désespérée tentative. - Elle poussa si doucement

la porte que je ne l'entendis pas entrer, et qu'elle était à deux pas de moi avant que je m'en fusse aperçue.

Elle fut très étonnée de me voir encore levée; mais, se remettant bientôt de sa surprise, elle vint à moi et

me prit le bras en m'appelant deux fois par mon nom: - Théodore, Théodore!

- Quoi! vous, Rosette, ici, à cette heure, toute seule, sans lumière, dans un déshabillé aussi complet!

Il faut te dire que la belle n'avait sur elle qu'une mante de nuit en batiste excessivement fine, et la
triomphante chemise bordée de dentelles que je n'avais pas voulu voir le jour de la fameuse scène dans le

petit kiosque du parc. Ses bras, polis et froids comme le marbre, étaient entièrement nus, et la toile qui

couvrait son corps était si souple et si diaphane qu'elle laissait voir les boutons des seins, comme à ces

statues des baigneuses couvertes d'une draperie mouillée.

- Est-ce un reproche, Théodore, que vous me faites là? ou n'est- ce qu'une simple phrase purement
exclamative? Oui, moi, Rosette, la belle dame ici, dans votre chambre à vous, non dans la mienne où je

devrais être, à onze heures du soir et peut-être minuit, sans duègne, ni chaperon, ni soubrette, presque

nue, en simple peignoir de nuit; - cela est bien étonnant, n'est-ce pas? - J'en suis aussi surprise que vous,

et je ne sais trop quelle explication vous en donner.

En disant cela, elle me passa un de ses bras autour du corps, et se laissa tomber sur le pied de mon lit de
façon à m'entraîner avec elle.

- Rosette, lui dis-je en m'efforçant de me dégager, je m'en vais tâcher de rallumer la lumière; rien n'est
triste comme l'obscurité dans une chambre; et puis, c'est vraiment un meurtre de ne pas y voir clair quand

vous êtes là et de se priver du spectacle de vos beautés. - Permettez qu'au moyen d'un morceau d'amadou

et d'une allumette, je me fasse un petit soleil portatif qui mette en relief tout ce que la nuit jalouse efface

sous ses ombres.

- Ce n'est pas la peine; j'aime autant que vous ne voyiez pas ma rougeur; je me sens les joues toutes
brûlantes, car c'est à mourir de honte. Elle se jeta la figure contre ma poitrine; elle resta quelques minutes

ainsi, comme suffoquée par son émotion.

< page précédente | 163 | page suivante >

 
La plupart des textes et des images de ce site font partie du domaine public. Les droits d'auteur pour la présentation des matériaux
et le design du site appartiennent à bibliotheq.net. Toute suggestion et correction est la bienvenue.